Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Bonjour à tous,

Over-blog a fait des siennes donc je n'ai plus mon ancienne page de présentation.

On va donc en profiter pour la réactualiser et la refaire de façon plus concise.

Né en 1970, j'ai la chance d'assouvir ma passion à savoir l'astronomie. Sur ce blog seront présentés mes travaux et mes observations. Le fait de voir l'infiniment grand ne m'empêche pas d'observer le monde du petit lors de mes sorties naturalistes et avec l'aide de ma loupe binoculaire.

Quand  l'hiver maussade est là, le kit de robotique Lego Mindstorms NXT permet de patienter en construisant et en programmant.

J'ai de la chance d'être aidé dans tous ces domaines par mon épouse Marjorie que ce soit retouche d'images sous Photoshop, prises de photos naturalistes et débug des robots !! Ma fille et mon fils mettent aussi à leur niveau la main à la pâte :)

Je n'oublie pas aussi tous mes amis qui m'ont aidé, m'aident et m'aideront dans ces divers domaines. Je les en remercie tous.

Merci aussi aux fidèles abonnés de mes articles, la rubrique newsletter à gauche est là pour cela pour les nouveaux.

Le BLOG est organisé par catégories :

- Images et comptes rendus d'observation astronomiques : les archives et les images de mes observations astronomiques

- Dernières images : mes productions de l'année en astronomie.

- Sous la loupe binoculaire : mes images faites avec ma loupe et les comptes rendus de sortie naturalistes.

- Tutoriaux et informations : plus de 90 tutoriaux, informations sur l'astronomie, son imagerie. Utiliser à profit l'outil recherche de ce blog pour trouver votre bonheur.

- Etoiles doubles : tout sur les étoiles doubles et leurs mesures.

- Mindstorms NXT - Robotique : tout sur la robotique ludique dédié au LEGO Mindstorms NXT.

- Station météo ws3600 : mes relevés de station météo mensuels à Noisy le Grand et quelques astuces sur cette station (catégorie close suite à station météo HS)

- Divers : et bien divers mais une mise au point importante pour une prise de contact.

Amicalement.

Recherche

Archives

14 avril 2005 4 14 /04 /avril /2005 00:00

Bonjour à tous,
Suite à mes dernières images de la Lune, j'ai eu des échanges sur le mode
RAW , la vitesse d'obturation , le nombre d'images par secondes etc etc.
Bref , j'ai eu besoin d'une Mise A Jour :))) Merci à Stéphane et à Etienne
pour leurs explications et leurs aides qui pourront repréciser bien des
choses pour ce RAW.
J'ai fait mes avis de Lune à 10 images par secondes suite à la turbulence
comme j'avais vu avec Etienne...MAis avec Etienne, on parlait du Soleil et
du Halpha donc tout faux pour la Lune. J'ai aussi des galères car le mode
auto de la balance des blancs de ma webcam restait dessus et pas moyen de
passer en manuel !!!!

Donc quelques infos et les échanges:

Il faut cliquer sur 5im/s et sur "restaurer usine" a chaque fois que tu veux
profiter du mode RAW optimal sur un capteur NB !!!
Le "restaurer usine" est mis en place automatiquement quand on passe en mode
RAW avec la macro de base :o)
En fait il suffit d'aller dans les "parametres webcam" avant l'acquisition,
et de cliquer sur "restaurer usine" pour profiter des
"bons" parametres, et figer la balance des blancs entr'autres ;o)
Apres avoir restauré les "bons" parametres que j'ai memorisé dans la memoire
usine de la webcam, il suffit d'ajuster le gain et le
shutter et le tour est joué ;o)
Si tu est a 10 im/s, tu perd un peu en resolution, et si tu ne fais pas un
"restaurer usine", les parametres restent en "auto"...

Le fait de passer a 10 images par seconde ne sert rigoureusement a rien, il
vaut mieux faire un avi deux fois plus long a 5im/s si tu veux beaucoup
d'images !!! ;o)
De toute facon, ce qui "fige" la turbu, c'est le shutter (1/500eme de
seconde) qui est identique dans les deux cas :o)

Mes interrogations :
Pour le point ( ici à savoir le nombre d'images par secondes ) , d'accord
mais je repense à l'article d'Olivier dans le dernier AM pour les taches
solaires et dont vous avez parlé sur astrochtis .... Olivier fait des avis à
15 images par secondes du fait de la turbu , de la déformation des images et
c'est ce coté là ( je pense comme lui ) qui fait que je te pose ces
questions.

Pour le restaure usine, le premier message que tu as posté sur webcamastro
pour la procédure RAW NB , à la fin tu parlais de cette histoire de
restaurer usine qui correspondait dans mes souvenirs à une macro
supplémentaire ....mais que je n'ai pas activé.

La réponse d'Etienne :

Pour le soleil c'est different de la Lune... ca BOUGE vite sur le soleil !!!
Donc dans ce cas precis, le 15im/s peut avoir une utilité pour trouver plus
de bonnes images dans un court laps de temps...( mais voir plus loin dans ce
message ...)
Sur la lune je confirme, meme si il y a de la turbu, on peut faire 5mn
d'acquisition a 5im/s pour avoir suffisemment de choix pour trouver une
belle serie d'image, la lune ne se "transforme pas" en 5mn contrairement au
soleil ;o)
Et je confirme que ce n'est pas le nombre d'image par seconde qui "fige" la
turbu, c'est bien la vitesse du shutter :o)
Pour le "restaurer usine" il est inclus dans la premiere macro RAW, depuis
qu'on utilise WcRmac, il etait separé dans les version plus anciennes ;o)
Mais la aussi, tu peux verifier facilement, si tu coches "restaurer usine"
et que suite a ca, la webcam n'a plus aucune case "auto" cochée, c'est que
ce sont bien "mes" parametres qui sont memorisés dans les parametres "usine"
:o)

Oui la macro "restore" remet tout en place comme d'origine :o)

Ma réaction :
Pour m'entrainer , j'ai basculé d'un mode à un autre et là avec restaurer
usine MAGIQUE !!!!!! Presser de tester cela avec une mosa H alpha :)))))
Par contre , ma sauvegarde initiale de mon eeprom de base a été faite en txt
, comment je fais pour la récupérer en bin ???????? Comment cela se passe
pour la restauration, il va bien récupérer les élements que l'on a
sauvegardé dans le mode binaries , non ????
[SARL Bonduelle etCie] Non, en fait la sauvegarde de base (txt ou bin),
c'est uniquement en cas de MEGA PLANTAGE, sinon la restauration se fait en
remettant en place les valeurs standard qui sont les memes pour tout le
monde :o)

Comment fait tu pour restaurer une Toucam Pro Couleur de Raw en normal (
juste en sélectionnant le restore macro, c'est bon ???) comme pour le NB ??

Etienne:

Oui la macro "restore" remet tout en place comme d'origine :o)


 

Repost 0
Published by Jean Louis Badin - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
8 avril 2005 5 08 /04 /avril /2005 00:00

Bonjour à tous,

Voici donc ma première méthode appliquée au H alpha , problème , il faut un
transit :))) ( Merci à Sylvain Chapeland pour la formule et l'aide).

Pour ta question de focale, je mesure 134 pixels pour Venus, soit 178
pixels pour l'image originale (reduc 75%).
Avec des pixels a 5.6 microns sur la webcam et un diametre apparent de
Venus de 58,2"

Pour 'd' la taille d'un objet sur le capteur, 'a' sont champ apparent et F
la focale:
comme l'angle est petit, d/F = tan a
soit F = d / tan a = 5.6 * 178 / tan (58.2 / 3600) = 3532727 (microns!)
plus raisonnablement, 3,53m
si on prend comme erreur de mesure plus ou moins 1 pixel pour le
diametre de Venus sur le cliche que tu as envoye, ca nous donne une
erreur sur la focale de plus ou moins 3cm.
donc F = 3,53m +- 3cm.



Voici donc la méthode deux due à Philippe Morel , je vous joins une image H
alpha pour faire l'Application Numérique.



 La distance d12 séparant les deux points est égale à :

d12 = ((X2-X1)2+(Y2-Y1)2) 0,5

X2-X1=392 , Y2-Y1 = 22

Soit, dans le cas présent : d12 = 392.62 mm à l'écran, ce qui correspond à
> d12 = 2.1987 mm sur le CCD de la webcam.

Durant ce temps T = 8,683 sec déterminé par le menu Astrosnap paramètres
!!!, l'image s'est déplacée
dans le champ d'un angle a12(°) égal à :

a12(°) = 360 x T x cos(δ) / 86400


où δ est la déclinaison du Soleil au moment de l'observation exprimée en
degrés (dans l'exemple : -0.24"15°). Déclinaison trouvé par Hélios 3.1.

Nous trouvons alors : a12(°) = 0,03618°.


L'angle a12 doit ensuite être exprimé en radians :


a12(rd) = a12(°) x pi/ 180


a12(rd) = 0,0006315 rd.


La focale résultante FR du système devient alors facile à déterminer :


FR  = d12/a12= 2.1987/0.0006315=3481,71 mm


Soit FR = 348,71 mm :)))



On ne va pas chipoter pour 20 mm :))))

Voila donc à quoi sert le menu paramètres d'Astrosnap :))

La première fois , le problème venait surement d'un erreur de calcul ou de
mauvaise détermination de T  ( pour rappel j'avais 2800 mm).

Merci de votre attention.



Repost 0
Published by Jean Louis Badin - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
3 avril 2005 7 03 /04 /avril /2005 00:00

Bonjour à tous,

j'ai tendance à faire des images lunaires sombres pour éviter la " neige " sur les sommets des cratères ....

Guy , toujours lui , m'a suggéré une petite manip pour pallier à ce sombre sans avoir ce problème de neige ( saturation de certaines zones ) :

 

Je sais que tu aimes les images lunaires assez sombres mais là c'est un peu trop à mon avis, remède : dupliques l'image en calque mode Superposition et règles son opacité à ta convenance.

Guy Image lunaire cratère cramé Iris 02 02 04

Solution n°1 (la courageuse) : tu reprends l'image de départ, tu sélectionnes avec la baguette magique une zone très claire, Sélection/Généraliser, puis Sélection/Intervertir et là tu retraites pareil.

Solution n°2 (la fainéante) : tu gardes cette image, tu ajoutes un calque rempli de gris à 50% en mode obscurcir, opacité 30%.

A bientôt.

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
30 mars 2005 3 30 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour à tous,

Un message issu de ma première vision absolument fabuleuse d'une éruption ( cf ce blog pour les images recherche éruption).

Je m'interrogeais , Thierry Légault que l'on ne présente plus dans la communauté astronomique m' a répondu :

 

Infos soleil Thierry Légault

>Thierry ( ou les autres ! ), peut-t-on exactement me préciser ce que c'est
>une éruption ???

en shématisant (je ne suis pas physicien solaire !), les champs magnétiques
sont très présents sur le Soleil et ce sont eux qui dominent l'activité
solaire,
en particulier ils sont liés à l'apparition des taches : en bloquant les
mouvements
de convection de matière, ils provoquent un refroidissement relatif de certains
points qui brillent donc moins, les taches solaires. A d'autres endroits,
les champs
sont très forts et subissent des variations rapides qui provoquent l'apparition
de courants électriques extrêmement intenses qui chauffent le plasma. A ces
endroits, on a donc une zone où l'énergie est confinée, plus chaude et
donc plus brillante, l'inverse d'une tache en quelque sorte. Les spécialistes
utilisent le terme anglais de 'flare' (= flamboiement, torche...), ce qui
est plus
approprié qu'éruption. L'énergie mise en jeu dans un flare peut se chiffrer
en milliards de bombes H (ça c'est pour tes collègues Jean-Louis ;-))).
Depuis 10 ans que j'ai un H-alpha j'en ai vu quelques dizaines et c'est
extrêmement spectaculaire, certains s'étendent sur des centaines de milliers
de km à la surface du Soleil. On peut faire des animations pour bien voir leur
évolution, par exemple celle-ci :
http://perso.club-internet.fr/legault/f000719_fr.html
Une telle libération d'énergie peut provoquer une éjection de matière au-dessus
du disque solaire, à des vitesses de plusieurs centaines de km/s. On a alors
une protubérance éruptive à évolution rapide, souvent plus lumineuse que les
protubérances habituelles. En voici une par exemple :
http://perso.club-internet.fr/legault/f010812_fr.html
Dès que j'ai vu la protubérance apparaître au bord du disque j'ai su que
c'était une éruptive car c'était brusque et brillant. L'éruption qui lui a
donné
naissance devait être située un peu derrière le limbe et je ne l'ai pas vue.

A l'inverse des protubérances éruptives, la plupart des protubérances
que l'on voit sont 'quiescentes', c'est à dire calmes, ce sont des nuages
de matière en mouvement lent ou en suspension dans les champs
magnétiques au-dessus du Soleil. Elles peuvent tenir en évoluant
peu pendant des jours voire des semaines (mais comme le Soleil
tourne sur lui-même on ne voit pas les mêmes d'un jour à l'autre).
Elles disparaissent en général en quelques heures, en s'évalouissant sur
place, en s'effondrant ou en partant vers l'extérieur comme celle qu'on a
eu la chance d'avoir pendant le transit de Mercure (et qui n'était pas
une éruptive). Quand elles sont vues sur le disque, elles apparaissent
en sombre, on les appelle les filaments (mais pour les voir il faut un
filtre H-alpha qui ait une bande passante de moins de 1 Angstrom,
sinon le contraste n'est pas suffisant). Tiens en passant, le fait qu'elles
apparaissent en sombre permet de démonter une idée reçue : en fait,
les protubérances ne brillent pas par elles-mêmes. Mais alors comment
se fait-il qu'on les voit ? C'est parce que leur matière absorbe la
lumière émise par la surface solaire et la réemet dans toutes les
directions, un peu comme un nuage de fumée qui serait éclairé
par un projecteur (en supposant que le Soleil s'éteigne d'un coup,
les protubérances qui sont au-dessus ne seraient plus visibles
non plus).

Cordialement à tous.

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
26 mars 2005 6 26 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour à tous,

On va aborder une manip due à Jacques André ( qui m'autorise à la poster , beh , ce n'est pas de moi et Jacques André a un site web , une référence d'ailleurs :)

La manip date de trois ans , Jacques André me donne un commentaire final actuel.

Voici :

En fait je fais rarement des BESTOF parce que je fais des tris à la
main. Lorsque je fais un BESTOF sur des images telles que des brutes
de Saturne, alors je le fais sur des images à 50% de taille (donc
moins bruitées). Cela fonctionne bien mieux, les contrastes étant dûs
à l'information et non plus au bruit de l'image.

Donc donc le cas de tes images :

SCALE2 g gsmall 2 0.5 0.5 1200
BESTOF gsmall 1200

Tu pratiques toujours de cette manière où on peut laisser tomber ?????

Oui, des fois... pas tout le temps.... En fait ça dépends de mon
humeur, des images brutes et de ce qui me passe par la tête au moment
ou je fais le traitement :-))) puisque comme tu sais bien, je n'ai
pas de recette toute faite mais plutôt différentes techniques que
j'enchaine au "feeling" pour arriver au résultat. Cette méthode de
bestof après réduction est une méthode parmi d'autres pour
sélectionner les images. Elle marche assez bien lorsque les images
sont assez bruitées.

Merci de votre attention.

A bientôt.

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
23 mars 2005 3 23 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour à tous,

J'indique ainsi un message de Sylvain Rondi pour faire une animation en H alpha de protubérance. Il y a d'autres techniques ( cf le site de Sylvain Weiller ) mais elle constitue un bon entrainement pour faire une animation sans logiciels spécifiques comme le shareware aviedit qu'utilise Sylvain.

Bonne lecture et manips. Toujours à votre disposition pour des compléments.

Amicalement à tous.

Manip animation protu Sylvain Rondi

Ton traitement sur chaque film AVI donne certe une image très belle, par
contre, il me semble que le délai de 22 minutes entre chaque image est
trop long, ce qui donne finalement quatre images différentes, mais sur
lesquelles on ne peut pas clairement percevoir de déplacement de
matière, ce qui est dommage.
Je te recommande vivement d'essayer la chose suivante:
Un film AVI, bati image par image, avec une image toutes les 10 à 20
secondes. Tu ne retraites pas ces images individuelles (hormis
coloration, contraste, etc...), mais tu obtiens un film avec 100, 200,
300...images individuelles, à très bonne résolution temporelle, qui te
permettrons de voir réellement les mouvements de matière dans les protus
(un peu comme dans le film de Bernard Lyot "Flammes du Soleil", que tu
connais peut etre). C'est une vision extraordinaire car le film dure un
sacré moment et l'on voit les mouvements les plus infimes (qui sont
gommés avec un délai plus long comme 22 min).
Avec cette technique, certes tu auras la turbulence qui influera sur
chaque image individuelle, sans possibilité de compositer comme tu l'as
fait précédemment: ça n'est pas bien grave: à la lecture de l'AVI,
l'oeil "integre" les mouvements dus à la turbulence et ne voit plus que
les mouvements de la matiere dans la protu. Il m'est arrivé d'observer
des phenomenes solaires violents où la protu se forme, s'étends, et se
dilue en 10 à 20 minutes... pour ne rien perdre du mouvement, il faut
absolument une cadence de prise de vues rapide!
Une derniere chose: il te faudra registrer chaque image du film par
rapport à la première: c'est là que les commandes PREGISTER et PREGISTER2 (de IRIS) sont utiles: si tu as le bord solaire bien visible,
PREGISTER suffira surement.
Par contre, si tu as une protu qui a beaucoup changé au cours de
l'observation, il est probable que PREGISTER plante au bout d'un moment
(car le facteur d'intercorellation entre la 1ere et la Nieme image est
trop bas). Dans ce cas, utiliser PREGISTER2 qui réalise une
intercorellation entre deux images successives: il recalera (regitrera)
donc les images de manière plus efficace (c'est ce qui est expliqué sur
ma page signalée l'autre jour).
Bon, j'ai été un peu long dans mes explications, désolé... :-))
Mais franchement, essayes au moins une fois cette methode de prise de
vue, tu m'en diras des nouvelles! ;-))) (tous nos logiciels favoris ont
un bouton "image par image", j'utilise simplement VIDCAP32, le logiciel
par defaut de Microsoft).

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
21 mars 2005 1 21 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour,

Un message de réponse à Johann qui donnait mes avis sur mes premières images solaires.

Cette technique est utilisée toujours par quelqu'uns surtout pour le point 2 voire 3 ce qui est pour le gain en Soleil pas si évident que cela à confirmer.

Maintenant la quasi totalité des gens travaille à gain nul ou faible pour le Soleil.

Cordialement à tous.

Complément : Je viens de lire le message de Johann ... Je conteste
pratiquement tout ... Amicalement bien entendu ;o)
1) Le format : Non seulement il faut au contraire capturer en 640x480, mais
en plus je j'agrandis l'image à 300 ou 400% avant de faire les traitements
... Puis je ramène l'image à sa taille normale, voir même un peu plus petit.
Cette manip "gomme" les petites imperfection d'origine et atténue les petits
excès de traitement. Entre autre l'effet sur le bruit est frappant.
2) Le "canardage" : Je confirme qu'il vaut mieux UNE seule image
parfaitement capturée plutôt qu'un "canardage". Pour info, une image solaire
me prend plus d'un quart d'heure pour sa capture ... Et je prends toujours
des images uniques, pas d'avi ... Et je refaits TOUS les réglages à chaque
capture ...
Une séance se solde en général par une 15aine d'images pas plus ...
3) Le gain : SURTOUT pas le gain au minimum ... On obtient alors une image
qui prend des teintes bleutées et qui s'empâte, comme si elle était saturée
... Alors qu'elle est en fait "sous-saturée" ... Je n'explique pas mais je
constate. En tout cas il n'y a plus de détails. Le bon départ du réglage du
gain est au environs de 1/3 ... Pas moins. Ensuite on cherche une image
assez sombre, pour être sur de ne brûler aucune zone, avec la vitesse et un
fond noir avec la lumino. Si l'on n'arrive pas à obtenir une image assez
sombre ou saturée ... (grand diamètre par exemple) on doit alors soit
adjoindre un filtre gris neutre côté caméra, soit diaphragmer.

 

Un exemple de one shot de Paul Loyer : il s'agit d'une seule image BRUTE prise à la webcam , film de 2 SECONDES à 10 images par seconde sélection en manuel d'une SEULE voir ci dessous ! Image au foyer d'un C8.

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
14 mars 2005 1 14 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour ,

Une réponse à ma demande de compléments d'informations sur la registration avec Iris. Cela peut être plus qu'utile aux débutants et repréciser des points pour les autres.

Pareil , je n'ai plus la source de ces infos de l'époque.

Cordialement à tous.

 

IRIS

pour moi, il n'y a pas de réglage miracle : 512 ou 256
ou 128 dépend de l'importance du décalage : iris fait
un cadre virtuel de 512 (ou 256,...) pixels de coté et
ta tache DOIT etre dedans (le centre de ce cadre
virtuel est le centre du cadre que tu fais) sinon il
ne comprends pas! On pourrait toujours mettre 512 "par
défaut" bien sur, mais avec 256 ou 128 le calcul est
plus rapide (si le décalage entre les images n'est pas
trop important bien sur, sinon tu sors des limites et
ça marche plus)
Quand au cadre que tu traces, je le verrais bien qui
n'encadre que la tache, sans le bord du soleil. Mais
bon, je ne sais pas trop, je n'ai jamais essayé le
soleil (faut que j'achete un filtre, un jour)

Sinon, ton image avec registax est vraiment très bien
(au foyer du N8, non?); et l'essentiel est d'avoir
l'image quelque soit le logiciel! Si iris résiste sur
ton avi du soleil, t'auras bien l'occasion de
t'entrainer plus tard sur la lune, ou les autres
planètes quand elles reviendront. La méthode est
souvent la même pour les registrations:
pregister pour tache solaire, lune, saturne
(compute_trichro1)
cregister pour jupiter, mars et autre objet circulaire
(compute_trichro2)
registration stellaire pour le ciel profond (et
parfois la lune quand il y a un sommet
particulièrement brillant sur l'image).





 

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
11 mars 2005 5 11 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour,

On continue donc avec les réflexions d'un jour. On va aller des réflexions les plus vieilles quand je débutais l'imagerie numérique au plus récentes.

Là , on va parler du bruit de l'image , je ne notais pas les noms des personnes donc malheureusement je ne peux créditer ce message !!

 

BRUIT

effectivement son image est notablement bruitée, le traitement
est donc poussé trop fort. Il faut soit réduire le traitement, soit
compositer plus d'images (si c'est possible).

>je ne comprends pas exactement ce qu'il veut dire car je ne sait
>pas comment le bruit se traduit sur une image.

Par un aspect granuleux à petite échelle (quelqu'un avait utilisé
l'expression 'chair de poule', c'est bien trouvé). Un peu comme
le grain sur une photo argentique.

Pour le dépister, c'est plus ou moins facile. Sur une surface
assez 'lisse' telle que Saturne, on le reconnaît facilement.
Sur une surface plus tourmentée comme celle de Jupiter
ou la Lune, c'est plus difficile de le distinguer des détails.
On peut éventuellement comparer l'image à une image présentant
une meilleure résolution (sonde), ou comparer deux compositages
issus de deux séries d'images diférentes, mais ce n'est pas
forcément très facile. Il y aussi l'expérience ! L'habitude
d'examiner et de traiter des images permet de 'sentir'
si une image est bruitée, notamment parce qu'une
image bruitée présente les anomalies suivantes :

- sur la Lune, il y a de nombreuses zones sans cratères
(ou, plus exactement, avec des cratères trop petits
pour être détectables depuis la Terre), donc une
image lunaire qui présente une granulation assez
uniforme, sans zone 'lisse' (même une petite zone
à l'intérieur d'un grand cratère), est déjà suspecte

- la cohérence globale de l'image : une image
lunaire qui présente de très petits détails a
une très bonne résolution, les détails plus grands
(bords des grand cratères, failles etc.) doivent
être très découpés et très nets. Une image
qui est granuleuse mais dont l'allure générale
n'est pas extrêmement nette est aussi un signe de bruit

Cela est valable aussi pour une image de nébuleuse
ou de galaxie. Une étoile étant le plus petit objet
enregistrable, une image qui montre beaucoup
de détails dans une nébuleuse avec des étoiles comme
des patates, des concombres voire des bananes (selon
la qualité du suivi), ça ne colle pas !

Pour voir à quoi ressemble une image non bruitée, c'est
facile, il suffit de regarder la plupart des images
pros, par exemple celles de sondes, Hubble, VLT etc.
Leurs images de Jupiter, Saturne, nébuleuses ou galaxies,
mêmes si elles sont très détaillées, ne présentent
généralement pas cet aspect granuleux caractéristique
de beaucoup d'images d'amateur et signe de surtraitement.

Le traitement c'est fantastique certes, mais comme je
le dis souvent, il fait des prouesses, pas des miracles.
Il doit être adapté à la qualité de l'image de départ,
en particulier à son rapport signal/bruit : plus celui-ci
est bas, moins on pourra traiter l'image. Je parle
ici de traitements type ondelettes ou masque fou (heu
pardon, flou) qui dégradent le rapport signal/bruit, pas
du compositage qui au contraire l'améliore.
D'où l'intérêt de soigner ses paramètres de prise
de vues et de compositer un maximum d'images.
L'essentiel de la qualité de l'image se fait à la prise
de vues, le traitement n'est que le révélateur de cette
qualité.

Cordialement à tous.

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
4 mars 2005 5 04 /03 /mars /2005 00:00

Bonjour à tous,

Les vacances sont finies et donc on profite pour mettre à jour le blog malgré ce superbe temps , enfin au figuré ......

On change un peu des étoiles doubles pour attaquer finalement la troisième grosse partie de mon blog que l'on peut décomposer donc en trois points :

- Les CROA ( compte Rendu d'Observation Astronomique ) et les images résultantes pour la majorité des cas.

- Les étoiles doubles et donc ma progression dans ce nouveau projet astronomique.

- Et enfin les réflexions du jour qui sont copies de messages privés, de sauvegardes de listes qui abordent donc de vastes sujets astro et qui ont pour but de vous faire réagir ( commentaires ou mails) voire de pouvoir tester à votre tour !!

PLU = flat = plage de lumière uniforme.

 

PHOTOSHOP :

TRAITEMENTS PHOTOSHOP

Un exemple, une modification par renforcement (masque flou) doit se
compléter d'un léger flou gaussien (coef. 0,8 à 1,7 à peu près) puis d'un
"plus net" afin de supprimer les effets "indésirables" du renforcement.Il
peut aussi être nécessaire dans certains cas d'utiliser le "flou intérieur".
Et en finale on peut graduer avec précision le dernier traitement par la
commande "estomper ..." dans le menu "image" en jouant sur le % et le mode
de fusion ...

 

PLU :

 

PLU


Pour ce qui est de la PLU, après avoir visé une zone uniforme du soleil
(sans tâches...) et filmé avec les mêmes paramètres que pour les avis sur
les tâches, voici comment je procède sous IRIS :

- Conversion avi du film de la PLU en FITS (Fichier->Conversion avi...) en
trois canaux RVB puisque je travaille toujours en couleur, mais si tu
travailles en N&B, ... Le tout avec suppression des redondances. On ne gagne
rien à cause du bruit important qui fait que chaque image est différente,
mais bon, on ne sait jamais...
Ensuite je tape
>smedian2 r n (r est le nom des images rouges de la PLU et n le nombre
d'images)
>save PLUr
>bg (donne une valeur moyenne de l'image, elle va nous servir ensuite.)
Et je fais pareil pour les deux autres canaux. Tu dois à ce moyen-là
commencer à tourner de l'oeil en voyant les immondices qui apparaissent à
l'écran. Je préfère te prévenir car la première fois ça fait peur. :)

Maintenant, on s'occupe des images intéressantes. Après la conversion avi en
FITS, la première chose que je fais est de justement diviser la PLU. Il faut
aller dans le menu Traitements... et choisir Diviser une séquence...
Première case : le nom des images des tâches (imr, ou roger, comme tu le
sens...)
Deuxième case : Mettre le nom de la PLU pour le canal désiré
Troisième case : Mettre la valeur obtenue avec bg sur la PLU concernée
Je te laisse découvrir l'intérêt des deux dermières cases :))))

Une fois que c'est fait pour les trois canaux, je fais un BestOf sur le
rouge ou le vert, suivant le contraste, suivi d'un select sur les trois
canaux. Puis, avec l'aide de Scriptis, petit utilitaire qui permet de faire
travailler IRIS à la chaine par des scripts de traitement, je fais un
trichro sur les vingt meilleures images sélectionnées par IRIS et les sauve
en BMP. Et enfin, je passe sous Registax pour la registration, le
compositage et les ondelettes.

Ca peut paraître long au départ, mais comme j'ai pris l'habitude de
travailler comme ça, ça va très vite. La PLU est chargée de faire un
instantané des défauts optiques et de la propreté de l'instrument.

Au fait, j'ai dit que j'utilisais Registax pour la sélection. Ce n'est pas
tout à fait exact. Si je n'ai pas besoin de recourir à la PLU, je fais tout
sous Registax. Quoique ce soit discutable. Le problème du soleil est qu'on
récupère des images faiblement contrastées pour éviter de saturer. Du coup,
IRIS perd les pédales quasiment à chaque fois pour la régistration. Mais il
arrive qu'il réussisse. Du coup, je reste sous IRIS pour la suite des
traitements. Sinon, Registax est sûr de me donner un résultat honorable à
chaque fois (sauf si l'avi est pourri dès le départ...) bien qu'il ne soit
pas la référence en matière de classement des images en terme de qualité.
L'idéal est de faire le best of sous IRIS et de passer sous Registax

 

Vos avis donc ????

Repost 0
Published by Jean Louis BADIN - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article