Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Bonjour à tous,

Over-blog a fait des siennes donc je n'ai plus mon ancienne page de présentation.

On va donc en profiter pour la réactualiser et la refaire de façon plus concise.

Né en 1970, j'ai la chance d'assouvir ma passion à savoir l'astronomie. Sur ce blog seront présentés mes travaux et mes observations. Le fait de voir l'infiniment grand ne m'empêche pas d'observer le monde du petit lors de mes sorties naturalistes et avec l'aide de ma loupe binoculaire.

Quand  l'hiver maussade est là, le kit de robotique Lego Mindstorms NXT permet de patienter en construisant et en programmant.

J'ai de la chance d'être aidé dans tous ces domaines par mon épouse Marjorie que ce soit retouche d'images sous Photoshop, prises de photos naturalistes et débug des robots !! Ma fille et mon fils mettent aussi à leur niveau la main à la pâte :)

Je n'oublie pas aussi tous mes amis qui m'ont aidé, m'aident et m'aideront dans ces divers domaines. Je les en remercie tous.

Merci aussi aux fidèles abonnés de mes articles, la rubrique newsletter à gauche est là pour cela pour les nouveaux.

Le BLOG est organisé par catégories :

- Images et comptes rendus d'observation astronomiques : les archives et les images de mes observations astronomiques

- Dernières images : mes productions de l'année en astronomie.

- Sous la loupe binoculaire : mes images faites avec ma loupe et les comptes rendus de sortie naturalistes.

- Tutoriaux et informations : plus de 90 tutoriaux, informations sur l'astronomie, son imagerie. Utiliser à profit l'outil recherche de ce blog pour trouver votre bonheur.

- Etoiles doubles : tout sur les étoiles doubles et leurs mesures.

- Mindstorms NXT - Robotique : tout sur la robotique ludique dédié au LEGO Mindstorms NXT.

- Station météo ws3600 : mes relevés de station météo mensuels à Noisy le Grand et quelques astuces sur cette station (catégorie close suite à station météo HS)

- Divers : et bien divers mais une mise au point importante pour une prise de contact.

Amicalement.

Recherche

Archives

20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 21:00

Bonjour à tous,

 

Guy et sa famille nous emmène à la Hottée du Diable. Je cite le site de l'Office du Tourisme de l'Aisne.

Enorme chaos gréseux trace d'outils datant du Mésolithique (époque Tardenoisienne), inséré dans un écrin boisé 'limité" par les territoires de Coincy, Bruyères-sur-Fère et Villeneuve-sur-fère. Surgis d'un sable gris très pâle, les rochers aux formes sculptées par l'érosion offrent de multiples petites grottes ou au contraire de vastes surfaces ou volumes auxquels la tradition locale a donné des noms poétiques commes : le geyn (le géant), la baleine... Agréable lieu de promenade et d'escalade.

 

La légende du nom : Dans des temps où la mémoire perd toute emprise sur la réalité, un homme réalisa un pacte avec le diable. En échange de sa vie, le diable lui construisit entre chênes et bruyères le plus beau des châteaux. Malgré les délectations reçues, l’homme ne respecta pas sa promesse. D’un geste maléfique le diable détruisit le château; ce fût la naissance de la hottée du diable. (Source : escalade en Champagne).

Le site est situé dans une zone protégée par un arrêté biotope avec certaine faune et flore, uniques en Europe !!

Et bien ! Voila une bestiole bien sympathique qui fait de la gymnastique sur mes doigts.


Punaise de l'ordre des Heteroptera de la Famille Pentatomidae de la sous famille des Amyoteinae au stade larvaire III (merci à Guy !). Le genre et l'espèce : Troilus luridus rare en France ! (pas dans le Chinery !).

Il s'agit de la plus grande famille de punaises des bois avec 3000 espèces connues. Les larves ont souvent un contour à peu près circulaire et des couleurs vives.

La larve est blanc ivoire avec des parties métallisées, l'imago est brun.
Elle se nourrit de larves de coléoptères et lépidoptères.


Image faite par Marjorie au Panasonic DMC-FZ18 à Ouverture F/4.5 , exposition 1/200, ISO 100, focale 28 mm. J'ai juste recadré l'image et fait les niveaux.

 

12 06 12 troilus luridus

 

Puis un reptile plus classique : un lézard des souches - Lacerta agilis -

Atteint 20 cm (notre spécimen en faisait 15 environ). Corps étroit et long ;pattes courtes; tête relativement large; dessus brun avec bande médiane foncée et tâches claires cerclées de sombre, disposées en rangées longitudinales : ventre verdâtre (mâle) ou blanc jaunâtre (femelle). En période de reproduction, mêle vert vif sur les flancs et dessous.

Lieux : secs, ensoleillés, milieux ouverts, talus, lisières. Surtout Région Parisienne, centre et Nord-Est.

Diurne ; se chauffe au Soleil sur des pierres (là il s'est caché , nous repérant ;) Hiverne dès septembre et jusqu'en mars dans la terre ou une crevasse. Régime : insectes, araignées, vers. Les 5-14 oeufs à coquille parcheminée, sont pondus en mai-juin dans la terre (lieu chaud). Eclosion au bout de 60 jours.

Pour l'image, réglages des niveaux, recadrage et c'est tout. Réglages équivalents à la punaise pour l'APN.

 

11 06 12 lézard des souches+

 

Amicalement.

Repost 0
20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 21:44

Bonjour à tous,

Nous rejoignons Alexandre à l'entrée principale de la forêt de Bondy non loin de Coubron

sur la D 136 au poste de garde.

Nous retrouvons environ une quinzaine de personnes dont la majorité vienne pour une sortie naturaliste dans le cadre de Natures et Découvertes.

Le thème est le cycle de l'arbre qui sera présenté par Alexandre, l'animateur de l'ANCA.

Nous partons vers 14h15 en direction des différents plans d'eau de la forêt.

Première halte dans le bois pour des explications sur le cycle annuel de l'arbre, sur les différentes stratégies mises en oeuvre pour passer l'hiver.

 

Dans le bois :

 

P1030922webforet

 Tout au long de notre promenade de 2 heures, nous aborderons les différentes saisons en traitant des sujets comme l'aoutement, mois d'aout qui voit la fabrication des bourgeons (qui passeront l’automne et l'hiver pour éclore au printemps suivant) ou le débourrement au printemps qui est justement l’éclosion de ces bourgeons qui donneront naissance soit à des feuilles (bourgeons à feuilles), soit à des fleurs (bourgeons floraux) ou soit a des nouvelles branches (bourgeons à bois).Bien sur, avec l'hiver, nous avons aborder les différences entre les conifères et les feuillus.


Les conifères portent des aiguilles étroites et rigides ou des petites feuilles en écailles. Leurs fleurs ont une structure très simple et leurs fruits sont généralement en forme de cône. La plupart des conifères sont persistants sauf chez quelques rares espèces comme le mélèze dont les aiguilles se colorent en jaunes avant de tomber.
Pour les feuillus, ils développent tous un tronc et une couronne plus ou moins ramifiée appelée le houppier. Les fleurs ont une structure plus complexe que chez les conifères et sont souvent plus visibles. Les feuilles ont généralement un limbe déployé.

 

2 FEUILLUS OU CONIFÈRES

 

 

Voici quelques planches, réalisées par l"animateur, pour compléter nos propos....

 

1 LE CYCLE DEL ARBRE


 

 

3 LES ARBRES EN HIVER

 

 

4 LES ARBRES AU PRINTEMPS

 

 

 

5 LES ARBRES EN ÉTÉ

 

6 LES ARBRES EN AUTOMNE

 

Nous progressons sur la plate forme du lac de Virginie avec des mouettes rieuses, des goélands argentés et des foulques macroules.

 

Un des plans d'eaux de la forêt :

 

P1030926weblac

 

En faisant le tour de ce lac, nous voyons un couple d'hérons cendrés et de Grands cormorans. Je vois aussi de mon coté, se cachant dans les carex une gallinule poule d'eau avec la tête qui se dandine quand elle avance et avec une plaque frontale rouge.

 

Héron cendré : Ardea cinerea Bords des eaux douces, migrateur, niche surtout dans les 2/3 Nord. En vol, tient le cou replié, les pattes tendues. Pêche dans l'eau peu profonde, chasse dans les prairies. Au menu : petits mammifères, batraciens, poissons. 4 à 5 petits qui volent à 50 jours.

 

 

P1030929webheron

 

Grand cormoran : Phalacrocorax carbo. Très abondant en hiver sur les eaux douces (migrateurs venus d'ailleurs). Il nage le corps très enfoncé, le cou dressé, le bec incliné vers le haut. En vol, silhouette de croix;plonge bien. Plumage perméable (en sortant de l'eau, se sèche, ailes à demi-déployées). Se nourrit surtout de poissons.

 

P1030935webcormoran

 

Nous continuons notre chemin pour arriver vers d'autres petites mares et de nouveau dans les bois.

 

En arrivant de nouveau dans les bois :

 

P1030938webforet

 

Alexandre nous présente le tour de magie avec le cornouiller sanguin et sa feuille à savoir en la coupant en deux, les deux parties tiennent encore du fait des fils de sève qui se solidifient à l'air.

 

P1030945webcornouileer

 

Alexandre nous explique ensuite la différence entre les trois érables.

- champêtre: petites (jusqu'à 10 cm de large), très foncées et légèrement brillantes, 5 lobes avec quelques grandes dents arrondies.
- sycomore: grandes (jusqu'à une vingtaine de centimètres sur les jeunes arbres) et dentées, vertes pales ternes, 5 lobes.
- plane: élégantes, grandes, planes et glabres, quelques longues dents à pointes filamenteuses.

 

 

Nous découvrons aussi un arbre très curieux au niveau du tronc avec pleins de bourrelets.. problème de tailles, de ligatures, de passage de sèves, d'attaques d'insectes ?

 

P1030947webarbre

 

Marjorie photographie aussi une écorce d'une vieille souche de chêne.

 

P1030952webecorcechene 

 

Nous découvrons ensuite le monde des Invertébrés qui se cachent sous les vieilles souches comme les cloportes, vers de terre, les Myriapodes sans oublier d'autres espèces plus grosses comme le crapaud qui profite de cet environnement pour hiverner (hiberner se dit pour les animaux à température constante , à "sang chaud") en ayant une chambre, une cavité pour s'abriter. 

Pour notre Myriapode, classe des Chilipodes, c'est un Lithobius forficatus aux 15 paires de pattes. C'est une femelle qui était en train de pondre, on a distingué un oeuf à l'arrière. C'est un arthropode prédateur, allongés avec une seule paire de pattes par segment. La tête est immédiatement suivie d'un petit segment muni d'importants crochets venimeux ou forcipules qui entourent la bouche.

 

P1030960webmillepattes

 

Il y a encore les champignons qui différent des végétaux : ils sont dépourvus de chlorophylle et tirent leur subsistance de substances organiques prélevées dans le sol ou le bois grâve à leurs mycéliums.

 

Voici un escalier pour lutins de la forêt !

 

P1030967webarbrelutins

 

Leur partie permanente (mycélium) formée de filaments (hyphes) reste cachée sous le sol et ce que l'on voit le plus souvent est l'organe reproducteur pourvu de lamelles qui porte les spores ( équivalent des graines), c'est le carpophore.

 

Mycélium :

 

P1030972webchampignon

 

Le carpophore :

 

P1030971webchampignon

 

Mais le temps passe vite, il est 16h20. Nous rejoignons tranquillement le parking après une nouvelle découverte de la nature avec un ciel un plus clément pour la saison !!

Amicalement.

Repost 0
30 janvier 2010 6 30 /01 /janvier /2010 13:36

Bonjour à tous,

une sortie de l'ANCA (pour rappel http://association.anca.free.fr) dédiée au monde du petit.

Alexandre, l'animateur de l'ANCA avec Loïc le directeur m'ont contacté pour savoir si j'acceptais de venir au local de l'association avec ma loupe trinoculaire zoom. Aucun souci pour moi, autant que cet appareil soit utilisé par le maximum de personnes !!

Nous calons la sortie avec Alexandre avec une partie recueil des échantillons sur le platon d'Avron et la plaine de Rosny et ensuite observation au local associatif. Par expérience avec l'astronomie, je sais que de nombreuses personnes se succédant sur un SEUL appareil, et bien c'est long si on laisse les gens bien regarder ce qui est le but quand même !! Il faut donc bien prévoir du temps pour l'observation en visuel.


Je prends mes préparations zoologiques et botaniques de la Maison de l'Astronomie, pas d'une très grande qualité mais suffisantes pour regarder des choses si le prélevement est nul suite à des conditions climatiques mauvaises.

Toutefois, la météo est avec nous, il fait un petit 3° C mais il ne pleut pas, de la chance au vu des déluges des jours précédents. Deux jeunes couples d'enseignants nous rejoignent à cette sortie.


On a bien pensé aux bottes pour les enfants mais le papa a pris les baskets. Dans les zones humides et bien, comment dire, cela m'a rappellé certains souvenirs militaires de marche dans mares et ruisseaux, autant mouillé !


Après une présentation - pour nous maintenant classique - du site, nous démarrons à 14h15. Nous arrivons à débusquer de la vie à savoir limaces que nous laisserons tranquille, des cloportes en soulevant des cailloux, un fruit d'églantier pour essayer d'observer les poils des akènes. Sur un arbre, je trouve du lichen et Marjorie trouve deux petits champignons sur un bout de bois.


Alexandre nous fait découvrir des orchidées sauvages à savoit Orchis bouc (les plus grosses)et nous finissons par la partie cloturée de l'ANCA qui possède des Ophrys abeille (les plus petites). Un nichoir a été posé
 
10 01 30 nichoirweb,
le gite à hérisson est toujours là. Toutefois, pour ma mare préférée riche en plancton, le froid est là, pas grand chose dedans, on ne voit rien bouger !!


Mais le temps passe, il est déja plus de 15h00, rentrons vite nous réchauffer au local !!

10 01 30 localweb 

Loïc est là, je découvre pour la première fois les locaux de l'ANCA. Dire que je bavais devant leur bibliothèque naturaliste est un doux euphémisme :))


A ce propos, pour mes amis naturalistes, je conseille VIVEMENT une visite sur le site
www.fcpn.org qui est la fédération des clubs de protection de la nature, fondée à l'origine par la Hulotte.

Leur boutique en ligne est MONSTRUEUSE avec une SELECTION de livres, outils, techniques dédié à la Nature. Il y a en a pour tous les gouts et les budgets. On est en train de faire nos courses :)

A noter qu'un particulier peut acheter sans souci sur ce site, ce n'est pas réservé aux clubs de protection de la nature.


Je monte la loupe trinoculaire (trinoculaires car deux pour les yeux et un utilisé avec le Coolpix 4500 en mode RAW en projection oculaire avec un DCL de 28 mm). C'est un gain de temps appréciable, l'appareil photo est à demeure et ne gène pas pour l'observation en visuel, cela évite des démontages incessants.

Nous commençons par une larve de libellule, élevé au local, superbe à la loupe binoculaire.


Il s'agit d'une larve d'Anisoptère qui n'a pas de branchies à l'extérieur. Ces bestioles "avalent" de l'eau par l'anus puis la rejettent violemment derrière elles ce qui fait que, par contre-coup, elles se propulsent en avant ! Pour capturer leurs proies, elle s'approche à grands pas lents puis au moment où l'on s'y attend le moins, déployer en avant leur arme secrète, une sorte de bras armé de pinces et camouflé sous le menton... le fameux masque !

10 01 30 larve libellule entierweb

Nous arrivons à la retourner pour bien voir son masque. Ah, satanée profondeur de champ mais je ne peux mieux, je suis ouvert à F 10...


10 01 30 larve libelluleweb

Un beau jour, la larve cessera complétement de s'alimenter et entreprendra l'ascencion d'herbes. Elle s'accrochera solidement des six pattes au sommet d'une tige et pendant plusieurs heures , ce sera la métamorphose !


Nous passons à une plume en gros plan de faisan de colchide femelle.

10 01 30 remige de faisan de colchide femelle

On distingue : -les barbes (fines tiges qui partent du rachis, la tige principale non visible) -et les barbules (micro poils qui sont sur les barbes et qui permmettent aux barbes de s'accrocher eentre elles et donc à la plume d'être étanche).


Nous observons les champignons mais là, le Canon Ixus 82 S de ma fille Doriane en macro, zoom à fond, se révèle meilleur que la projection oculaire avec la loupe !! On distingue très bien les lamelles de ces petits champignons.

10 01 30 champignonsweb

Nous passons aux classiques cloportes. Pour laisser aux personnes le temps d'observer plus en visuel, je décide de ne pas les photographier, les animaux se déplacent et cela demande donc du temps pour réussir une image correcte.
Les végétaux se révelent plus faciles à photographier, enfin nonobstant les problèmes de la profondeur de champ !!

Pour les cloportes, je renvoie à mes précédents comptes rendus naturalistes pour une image et du texte sur eux :)


Nous observons ensuite le lichen, ce dernier est plein de minuscules araignées se baladant dessus. Pas de bol, pour la photo, aucun n'est visible et ces derniers se cachent sous le lichen. Peut être un éclairage trop violent avec mon anneau de 80 LED..

10 01 30 lichenweb
Pour ce lichen, je pense au Xanthoria parietina qui est un lichen foliacé. Le thalle est jaune-orange, composé de petits éléments aplatis, couverts de corpuscules oranges (apothécies)qui servent ) à la reproduction sexuée. On l'employait jadis pour colorer les vêtements.


Doriane photographie des plumes trouvées lors d'autres sorties.


Pour les petites plumes : ce sont des rémiges (plumes des ailes) d'un petit passereau, on n'a pas su déterminer l'espèce.

10 01 30 remige de passereaux

Pour les grosses plumes : ce sont des rémiges d'un faisan de colchide male.

10 01 30 remige de faisan de colchide male

Il est déja plus de 17h00, il est temps de ranger le matériel et de s'en aller.

Une petite séance très sympathique à la découverte du monde du petit.

Amicalement.

 

Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 21:32

Bonjour à tous,

Nous profitons d'un temps encore clément pour faire une sortie entomologique au sein de l'ANCA. Mes beaux-parents de passage à Noisy le Grand sont de la partie. Nous rejoignons à 14h05 Loïc, Yannick et Alexandre de l'association ANCA.

La température reste agréable à 16° mais le Soleil se fait désirer.

Nous partons à 14h10 au plateau d'Avron de Rosny et aux vergers de Bel Air (accès possible uniquement aux membres de l'association).

Mes deux guides restent les mêmes : un générique  Guide de la faune et de la flore Chez Flammarion et le classique Insectes de France et d'Europe Occidentale de Michael Chinery


Nous redécouvrons les Eglantiers sauvages et les Cardères. Ces dernières sont appelées " cabaret des Oiseaux" pour les graines et l'eau qui s’accumule entre les feuilles  en cas de pluie. On peut voir plus d'une vingtaine de Chardonnerets élégants sur une seule Cardère. Pour d'autres compléments, vous pouvez lire mon précédent compte rendu du 19 septembre 2009.
En recherchant des insectes, nous tombons sur une mue ou une araignée morte dans son abri végétal constitué de débris qu'elle a amassés. On découvre dedans une aile d'hyménoptère. Malheureusement, envolée avant son passage sous la loupe binoculaire !


Cela grouille aussi de coprins chevelus (Coprinus comatus). Chapeau cylindrique d'abord ovoïde chez les jeunes, fibreux-écailleux, blanc avec sommet brunâtre (atteint 12 cm de haut), lames blanches devenant roses puis noires. Avec l'âge, le chapeau et les lames se liquéfient en noircissant. On en faisait de l'encre dans les temps anciens. Il est présent de mai à novembre et est comestible à l'état jeune (uniquement le chapeau) mais attention il peut être confondu avec d'autres coprins non comestibles..

Retournant les pierres, Yannick découvre une faune comme une dizaine d'escargots, un ver de terre, des fourmis, un opilion mais surtout il a réussi à attraper un chilopode très agile et des cloportes. Bien sur, à la fin de l'observation, on remet la pierre comme elle était à l'origine.

Impossible de photographier le chilopode, trop nerveux !


Chilopode= Lithobius forficatus. Fait partie des Myriapodes. Ce sont des Arthropodes prédateurs, allongés avec une seule paire de pattes par segment. La tête est immédiatement suivie d'un petit segment muni d'importants crochets venimeux ou forcipules qui entourent la bouche mais pratiquement aucune espèce n'est dangereuse pour l'homme.
Son corps comprimé est brunâtre de 3 cm de longueur environ ; 15 paires de pattes pour cette espèce. Vit sous les écorces et les pierres. Il est très agile, chasse insectes (adultes et larves), vers. Ses mandibules puissantes associées à des glandes sécrétant un poison provoque chez l'homme enflure et douleur comme une piqûre d'abeille. Les Œufs sont portés un certain temps entre les pattes postérieures de la femelle puis pondus isolément. La maturité sexuelle est atteinte en 3 ans.


Cloportes = Porcellio scaber. Ce sont des crustacés appartenant à l'ordre des Isopodes et possèdent 7 paires de pattes marcheuses (cf photo). Détritiphages, ils vivent dans des endroits humides. Son corps très aplati, régulièrement segmenté (max 18 mm) de couleur gris foncé. Il est surtout nocturne et est adapté à la vie terrestre grâce à son appareil respiratoire, qui, outre les branchies, comporte des pseudo-trachées. Les femelles ont une poche incubatrice abdominale où les œufs restent 40/50 jours.


Non loin de là, Yannick découvre une Ruspolia nitidula. Tête pointue. Oviscapte plus long que l'abdomen et presque droit. Chant prolongé et strident comme une lame que l'on aiguise. Endroits humides à grandes herbes et se posent plus ou moins verticalement sur les feuilles ou les branches. Strictement nocturne, la preuve, elle dormait quand Yannick l'a trouvé. Là, elle est en fin de vie et mourra bientôt, sa patte en moins perdue avant notre découverte indique une vieille sauterelle.


Daniel découvre un insecte inconnu dans le chemin... là bon courage pour l'identification qui est en cours!!!


En continuant à se promener, 5 mésanges à longue queue nous accompagnent curieuses de surveiller ces intrus ! Là aussi, leur vivacité empêche toute photo.

Orite, mésange à longue queue, Aegithalos caudatus. De 6 à 8 cm. Sexes  semblables. Longue queue étagée, noire et blanche. Chasse les insectes dans les arbres et buissons. Après la reproduction (mars-juin), se mettent en groupes dont les membres crient souvent : "sisisi " et "trett trett"


Alexandre nous explique la chute des feuilles et l’intérêt pour les arbres qui permet de se protéger du gel et des conditions hivernales.


Il nous fait le tour de magie avec les feuilles de cornouiller sanguin. Une feuille coupée en deux tient ses parties par les fils de sève qui se solidifient à l'air.
De loin, on a l'impression que les deux parties ne tiennent à rien.

Cornouiller sanguin = Cornus sanguinea. Arbrisseau pouvant atteindre 5 mètres. Très rameux. Ecorce gris brun. Les rameaux sont exposés au Soleil rouges (bien visibles en hiver). Feuilles opposées avec un pétiole de 10 à 15 mm. Les fruits sont murs en septembre ; globuleux (5 à 8 mm), bleu noir (pédoncule rouge) dispersée par des oiseaux, immangeables pour l'homme. C'est une espèce pionnière se multipliant rapidement.


Nous accédons aux zones inondables du plateau d'Avron, d'ailleurs saule blanc et marsault nous accueillent.


Marjorie découvre une magnifique Epeire quadratus (relire N°74 de la Hulotte)
Araneus quadratus Abdomen particulièrement rond, vert foncé à rouge brique avec 4 tâches pâles bien individualisées.
Au début de l'été, son ventre est bien ovale. Avec sa toile, elle peut prendre jusqu'à 500 insectes par jour. A la fin de l'été, elle pèse 1,1 g. C'est le poids de 11 abeilles ou de 60 mouches !
Quand elle est petite, elle était jaune verdâtre. Puis elle peut devenir marron, kaki foncé ou orange et pour finir rouge bordeaux !
Quand elle pond 950 œufs, son poids repasse à 0,3 g ! Ses Œufs sont emballés dans un cocon d’ouate de soie isolante : ainsi, ils pourront passer l'hiver à l'abri du gel sans problèmes. Elle ne lui reste plus qu'à mourir.


Nous continuons notre promenade naturaliste : là, découverte des coprins costauds soulevant la terre tassée du chemin : c'est impressionnant de voir une telle force de poussée !

Plus loin, je déniche un bédéguar de l'Eglantier du à un Cynips (cf n°15 de la Hulotte pour plus de compléments sur 10 pages !). Il s'agit d'une galle plurilocellulaire (plusieurs chambres contenant chacune une larve) avec un noyau ligneux dur,
La femelle dépose donc ses œufs dans le végétal : après l'éclosion, les tissus végétaux réagissent et se développant autour des larves, formant des galles. Les larves prospèrent en se nourrissant de ces tissus. La nymphose se produit toujours dans la galle, la plupart des espèces hivernent à ce stade.


Nous redescendons aux vergers de Bel Air avec une zone aménagée en clairière aux 3 pommiers d'espèces différentes et aux mares de l'ANCA dont une bâchée.

Au pied des pommes pourries au pied des arbres, Daniel débusque une blatte. Le Chinery ne permet pas une identification précise.
Elles sont aplaties, avec de longues antennes et des pattes épineuses. Ce sont des coureurs rapides, vivant au sol et se nourrissant de matières animales et végétales. Le large pronotum couvre presque complètement la tête. Les élytres sont souvent plus courts chez la femelle que chez le mâle. On connaît environ 3500 espèces de blattes !

La Blatte germanique peut se voir à l’extérieur en été.


Nous arrivons à une mare contenant encore de l'eau à cette saison. Un coup d'épuisette et hop une larve de libellule et deux larves de demoiselles, plus fines. Je confondais la larve de libellule avec celle du dytique ( cf N° 21 La Hulotte) La photo n'est pas géniale car un paquet d'eau au dessus ;) ;(
Beaucoup d'insectes sont aquatiques à l'état larvaire et aérien à l'état imaginal (p 296 du Chinery)


A coté de cette mare se trouve un refuge à insectes installé le 21 juillet 2009 après midi (cf bulletin de l'ANCA de la dernière fois). Je cite Alexandre : il s'agit d'une bûche percée de trous de différents diamètres et de différentes profondeurs pouvant accueillir différentes espèces d'hyménoptères (adultes, guêpes, solitaires)

Les trous occupés sont bouchés avec des brindilles cf la photo d'ailleurs !


Non loin se dévoile un gîte à hérisson (cf N° 40 et 77 de la Hulotte), un ensemble de bûches empilées avec un espace vide servant de chambre. Le bois est de l'acacia réputé imputrescible.


Nous passons pour finir devant une mare bâchée, je fais un prélèvement d'eau pour regarder à la loupe binoculaire. Dedans énormément d'ostracodes, quelques daphnées avec des petits dans leur ventre et surtout un zooplancton que j'ai observé pour la première fois : une Nymphe de moustique (noté « pupe » page 296 du chinery) ! La photo prise est à titre indicative car zoom optique à fond pour l'APN 4500 Coolpix et la loupe binoculaire (45 fois) en plus avec une projection oculaire d'un 28 mm !! Et la bestiole bouge en plus ......


Une très bonne journée bien riche en compagnie de nos amis Alexandre, Loïc et Yannick et de la petite famille.

Amicalement.

P.S : Photos de mon épouse Marjorie avec un Panasonic Lumix FZ 18 et de ma fille Doriane avec un Canon Ixus 82.

Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 20:37

Bonjour à tous,

Les activités ont repris au sein de l'ANCA (http://association.anca.free.fr). Rendez vous sur le plateau d' Avron pour une sortie entomologiste à 14h15. Nous nous retrouvons une quinzaine de personnes avec quelques enfants, Alexandre étant notre animateur.


Après une montée par un sentier étroit bordé de mûres et déjà de quelques magnifiques épeires, nous arrivons  sur le plateau. Alexandre attire notre attention sur les très nombreuses toiles en "plateaux" se situant dans  les herbes à coté du chemin.


Il s'agit de toiles de Agelena labyrinthica (p304/305 du Chinery - Insectes de France et d'Europe Occidentale) fabriquant des toiles bien visibles dans les arbres et les arbustes. La toile mène à une retraite tubulaire d'où l'Araignée surgit lorsqu'une proie se trouve sur sa toile. La toile n'est pas collante mais sa surface est couverte d'un réseau de chemins de fil comme la toile des Tégéneria ou des Pholcus et les insectes ont du mal à s'échapper. Elle peut vivre en colonies parmi les végétaux herbacées, les buissons dans les lieux ensoleillés. Visible de juillet à novembre.


Pour faire venir justement les araignées, on utilise un diapason dont les vibrations équivalent à un insecte se débattant dans la toile. Malheureusement, aucune araignée ne sortit, très prudente la bestiole :) A ce propos, le magazine naturaliste qui existe depuis 1973 - mais disponible uniquement sur abonnements - propose une trousse de sortie avec tube à insectes, filet à papillons, diapason etc. Allez faire un tour sur
www.lahulotte.fr pour de plus amples renseignements.


Non loin de cette Agelena bien camouflée, un de nos membres débusque une magnifique mante religieuse accroché à sa tige herbacée.


Les mantes font partie de l'ordre des Mantoptera. Ce sont des insectes allongés, à tête triangulaire, au thorax grêle. Ce sont des insectes prédateurs. Ils chassent à l'affût, leurs pattes antérieures repliées devant la tête, prêts à saisir toute proie qui passe à leur portée. La tête est très mobile et peut tourner dans toutes les directions. Les pattes antérieures ravisseuses caractérisent les Mantes. Elles sont grandes , le fémur et le tibia sont armés d'épines sur leur face inférieure : quand le tibia se referme sur le fémur, la proie est solidement maintenue dans la pince.


Mantis religiosa, la plus commune des Mantes européennes. Verte. Dérangées, elles prennent une posture d'intimidation, relèvent leurs pattes antérieures, exposant la tache noire et l'ocelle des anches et émettent un bruit en frottant l'abdomen sur les ailes un peu relevées.


Nous continuons notre promenade au milieu de cardères sauvages sèches (utilisées avant la mécanisation pour le travail de la laine des moutons) pour déboucher sur une mini mare à sec. Doriane, notre fille et Nicolas en profitent pour ramasser des graines d'iris jaunes (Iris pseudacorus).


Non loin dans les herbes, nous découvrons au centre de leur toile deux araignées à savoir une Epeire diadème  et une Argiope frelon ou "épeire fasciée " (merci à Alexandre pour les précisions).


Quelques informations tirés du Chinery p302/303. Les Araignées tisseuses de toiles, Argiopidae. Les Araignées de cette grande famille tissent des toiles plus ou moins circulaires. La toile circulaire est construite sur un cadre dont la forme dépend du support sur lequel il est fixé. La toile est constituée de fils rayonnants sur lesquels sont fixés d'autres fils concentriques et collants. Les gouttelettes de colle, qui donnent à la toile son aspect collant, sont bien mises en évidence par la rosée qui se déposent dessus. Les pattes des Araignées sont pourvues de poils cireux qui l'empêchent de se coller à la toile, mais les insectes qui eux en sont dépourvus, sont rapidement empêtrés. Quelques Araignées construisent sur leur toile une aire centrale non collante. Certaines Araignées se cachent sous une feuille proche de la toile ou sous tout autre abri en attendant qu'une proie vienne se prendre. Elles restent en contact avec elle par l'intermédiaire d'un fil spécial qui les informera de la présence d'une victime. Les proies sont paralysées par une piqure et leur contenu est aspiré ultérieurement.

Araneus diadematus Epeire Diadème, Coloration très variable jaunâtre à brun foncé avec sur l'abdomen, un dessin blanc en croix. Abondante dans les jardins, les barrières, les haies (juillet-octobre).

/>
Argiope frelon = Argiope bruennichi. L'abdomen est jaune vif strié de noir (d'où le surnom de frelon) Le mâle  est très petit et mesure de 3 à 8 mm, à comparer avec les 25 mm de la femelle ! La toile possède un stabilimentum vertical à savoir un secteur dans lequel la soie est plus serrée, servant à renforcer la toile. C'est là que l'araignée se tient à l'affût, la tête en bas. Elle habite dans des lieux secs et ensoleillés.


Nous continuons notre cheminement au milieu de cette faune et flore très riches. Daniel attrape dans sa boite une araignée mais là, nous avons à faire à une chasseuse à courre !

Pardosa amentata Lycosidae Araignée " loup " brune avec bande claire médiane sur le céphalothorax (dessin en partie formé par les poils) Taille de 8 mm. Elle chasse ses proies (en se précipitant sur elles) sur la terre et parmi la végétation basse. Elle affectionne les endroits ensoleillés présentant des abris humides : reste longuement au soleil sur les pierres.(mars-septembre).


Dans ce secteur, un membre trouve une " coccinelle" noire avec beaucoup de points jaunes. Rien ne figure dans le Chinery, j'ai contacté Christophe à ce sujet..rien pour lui aussi, les recherches sont en cours.


Un autre membre trouve une sauterelle (différent des criquets par leurs très longues antennes). Marjorie pense à une Decticus verrucivorus à cause du fémur postérieur qui présente un motif et n'est pas lisse comme d'autres espèces.. Elle se nourrit de petits insectes et de débris végétaux. Elle se trouve partout et est nommée ainsi en Suède parce qu'on faisait mordre les verrues par cet insecte pour les corroder avec son suc digestif. Verte ici, toujours tacheté. Pronotum plat, carène médiane marquée sur toute la longueur. Ici, l'oviscapte est présent, mesure 20 mm environ et est recourbé légèrement vers le haut. Elle ne chante qu'au soleil et est diurne. Se trouve dans les pelouses, marais de juin à septembre. La femelle par son oviscapte enfonce les œufs dans la terre.


La promenade se prolonge et Alexandre explique aux enfants l'utilisation du filet aux papillons. En effet, les ailes de ces derniers sont tellement fragiles que toute manipulation est impossible sans abimer l'insecte. Il faut donner un bon coup de poignet donc pour rabattre le filet au sol une fois le papillon dans le filet.

Nous découvrons le magnifique azuré à savoir :

- Polyommatus icarus l'Azuré de Bugrane (p123 du Chinery). Mâle d'un bleu violacé, bords des ailes foncé à frange claire. Le dessous des ailes sont bleu à gris-brun, avec marque blanche en avant des taches orange, dans les prairies fleuries, les chenilles sont sur les Légumineuses. 2-3 générations de mai à septembre. Butinent activement les fleurs.

Un vu mais non capturé :

-Colias crocea le Souci. Un magnifique mâle aux ailes orange vif bordées de noir. D'avril à octobre en 3 générations. Habitat dans les champs et coteaux fleuris, la chenille est sur les Trèfles et autres Légumineuses. Indigène dans le Sud de l'Europe d'où il émigre chaque printemps atteignant le sud de la Scandinavie.

un dans filet :
- Pieris brassicae la Piéride du chou. une femelle présentant 2 points noirs sur chaque aile antérieure. D'avril à septembre en deux ou trois générations. Le dessous des ailes postérieures varie du blanc au jaune foncé, souvent saupoudré d'écailles noir verdâtre. Chenilles grégaires : peuvent causer de sérieux dégâts dans les champs de choux. Se déplacent chaque été vers le Nord de l'Europe.


Nous progressons le long des églantiers (Rosa canina) aux très nombreux cynorrhodons (le fameux poil à gratter !) Les véritables fruits sont les akènes velus inclus dans les cynorrhodons. Ces derniers sont riches en vitamine C, employés en tisanes et en confitures !! Nicolas me l'a dit lors de cette sortie, j'étais un peu sceptique mais là dans le guide, je demande quand même à gouter avec Marjorie ;) Quoique pour nous qui sommes très tisanes, à essayer !!
Les cynorrhodons sont sous forme ovoïdes (2 à 2,5cm) rouge orangé contenant de nombreux petits fruits durs -  les akènes - dispersés par les oiseaux et les mammifères.


A un moment, nous passons à coté d'un très beau plant de vigne sauvage permettant une dégustation de raisins  par Nicolas.


Au retour, Alexandre nous indique un faucheux, ordre des Opiliones. Arachnides ressemblant à des Araignées au corps soudé (une seule partie pour eux, deux pour les Arachnides à savoir céphalothorax et abdomen et trois pour les insectes à savoir tête thorax abdomen). Non venimeux et ne produisant pas de soie, la deuxième paire de pattes est la plus longue. Leurs longues pattes peuvent faire 15 fois la longueur du corps ! Ils se nourrissent de petits animaux vivants ou morts.

- Phalangium opilio a une face ventrale blanche et se rencontre dans les herbes et les broussailles. Avec un organe de ponte (oviposeur), les femelles placent les œufs dans la terre humide, les fentes d'écorce ou dans l'angle des murs humides; elles ne s'en occupent plus ensuite.


Nous revenons ensuite tranquillement à notre point de départ, il est 16h15, notre sortie naturaliste est terminée. Beaucoup de chance pour cette sortie avec un beau soleil et chaud (25°) qui a permis de voir ainsi beaucoup d'insectes et d'arachnides. Une sortie très riche.

 

 

 

 

Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 21:08

Bonjour à tous,

Marjorie détecte un insecte au plafond de notre cuisine.

Taille 4 mm de teinte brunâtre à première vue. Hop , dans

une boite de Pétri. Mais voila, 48 heures après, sans coton

imbibé d'eau, je récupère une momie :((


Les pattes sont extremement rigides, m'empéchant de prendre

une photo de dessus ( plus pratique pour les

identifications). Pas eu le courage de les couper !

Car, c'est un insecte, soit, sans antennes mais après, rien

de rien. Tout le monde sèche !! Si quelqu'un a une idée, me

contacter d'ailleurs.
Je pensais à une Cicadelle, Cercope ou Fulgorelle...


Je suis assez surpris de la colométrie en n'utilisant pas

mon anneau LED bleutée mais juste l'éclairage classique

jaune... Il faudra que je recherche pour savoir s'il

n'existe pas un éclairage en lumière dite naturelle.

Que ce soit une débayerisation par Iris our par Photoshop,

pas le top et des doutes subsistent quant à la qualité du

passage de RAW en RVB 8 bits...

Mais bon en RAW 5,7 Mo par rapport au JPEG 1,2 Mo, j'y

gagne !


Voici les réglages :

Coolpix 4500 avec oculaire DCL 28 mm.
RAW (12 bits)
Taille d'image initiale : 2288*1708
Couleur
Focale : 23,1 mm
Mode : Manuel
Mode de mesure : Multizones
Exposition : 1/4 seconde
Ouverture : F 4,8
Correction d'exposition : O IL
Balance des Blancs : Auto
ISO : 100
Netteté : Désactivé.
Réduction du bruit : désactivé.
Mode de AF: AF-S

Sous Photoshop CS 2, réglages des niveaux faits puis

recadrage. Définition du point blanc sur le fond. Un

renforcement à 3 pixels, 100 % puis à 2 pixels 30%

Jpeg Maximum en sauvegarde.

Amitiés.

 

Repost 0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 21:02

Bonjour à tous,

Au bord de la plage, on ne rencontre pas toujours des coquillages, os de seiches et consorts. Voila un curieux papillon venu dire bonjour à notre serviette bleue sur la plage en Normandie !

Là aussi, Loïc et Alexandre ont été d'un précieux secours pour reconnaitre une zygène.

La technique de prise de vue est identique à l'image de la Timarcha. J'ai juste recadré la photo prise avec le Panasonic Lumix FZ-18.


Je n'ai pas l'espèce précise toutefois. Si quelqu'un a des livres de référence sur les papillons plus précis,je suis preneur !!


Les Zygènes sont des hétérocères diurnes au vol lent et dérivant, quoique les ailes battent très rapidement. Confiants et faciles à capturer sur les fleurs. Antennes en massue progressive chez les Zygènes. Chenilles adipeuses, généralement pâles avec des points noirs : difficiles à distinguer les unes des autres, elle se chrysalident dans un cocon parcheminé, fixé sur les chaumes des Graminées. La chrysalide s'extirpe partiellement du cocon avant l'émergence de l'adulte.

Amicalement.

Repost 0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 21:00

Bonjour à tous,

Tout d'abord, merci à Loïc et Alexandre de l'association ANCA (http://association.anca.free.fr/) pour leur aide à l'identification de ces insectes.

Cet animal a été pris en Normandie lors d'une petite randonnée d'une heure trente dans les marais de la Dives.


Il ne s'agit pas donc d'animaux observés sous la loupe binoculaire, il s'agit d'une photo prise avec le Panasonic Lumix FZ-18 en mode macro.


Plus coloré avec un fond plus sympa que le blanc de la loupe binoculaire mais entre un insecte comme le pou qui fait 2 mm et cette bestiole de 3 cm, pas le même rapport de taille et de technique de prise de vue !!

J'ai donc juste recadré la photo prise par mon épouse sans retouche Photoshop. Je ne mets pas les réglages de la photo qui a été fait en mode macro de façon classique.

Je détaille un peu plus l'insecte.


Il s'agit d'une Chrysomèle et plus précisément de Timarcha tenebricosa (Fabricius). Les Chrysomelidae regroupent plus de 30 000 espèces, presques toutes phyllophages. Les larves sont molles et ressemblent à des limaces.

Pour notre insecte : fortement bombée et aptère, les élytres soudés. Une des plus grandes Chrysomèle. Appelée "crache-sang" en raison de son habitude de faire sourdre une goutte de liquide rouge par la bouche quand elle est inquiétée. Endroits herbeux.

Voila un insecte qui n'a plus de secret pour vous !

Amicalement.

 

Repost 0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 19:38

Bonjour à tous,

Doriane se plaint de cheveux qui grattent, on sait ce que cela veut dire pour les parents : les poux !!!

Marjorie me trouve une grande femelle dans les cheveux.
Hop, un passage sous la loupe binoculaire !


Poux suceurs de sang inféodés à des mammifères. Tête très étroite, corps piriforme.
Pediculus humanus(Linné) Yeux nettement pigmentés, de belles griffes pour s'accrocher.
Vecteur de typhus dans de mauvaises conditions d'hygiène.


J'essaye toujours de fermer au maximum pour la profondeur de champ mais ce n'est pas gagné !!
L'anneau de LED blanches me donnent finalement une teinte bien bleutée que je dois corriger de façon systématique avec Photoshop
J'ai passé définitivement mon appareil en Raw NEF (5,2 Mo) au lieu de JPEG (1 Mo). Toutefois, cette photo a été prise en JPEG par le Coolpix 4500.


Voici les réglages :

Coolpix 4500 avec oculaire DCL 28 mm.
JPEG (8bits) Fine
Taille d'image initiale : 2272*150
Couleur
Focale : 32 mm
Mode : Manuel
Mode de mesure : Multizones
Exposition : 1/15 seconde
Ouverture : F 10,3
Correction d'exposition : O IL
Balance des Blancs : Auto
ISO : 100
Netteté : Désactivé.
Réduction du bruit : désactivé.

Sous Photoshop CS 2, réglages des niveaux faits puis recadrage. Définition du point blanc sur le fond. Un renforcement à 5 pixels, 100 %

Jpeg Maximum en sauvegarde.

Amitiés.

 

Repost 0
21 avril 2009 2 21 /04 /avril /2009 22:19

Bonjour à tous,

En se promenant avec mon oncle et ma tante à Noisy le Grand devant la mairie, mon oncle Christian trouve une cétoine dans un massif en fleurs blanches (pas réussi à trouver l'espèce végétale).

Hop, une boite qui traine par terre et l'insecte est capturé.

Je l'observe à la loupe binoculaire mais l'insecte est plutôt gros pour un tel instrument et sa mobilité est certaine !

Je décide de tester l'acétate d'éthyle de Marcel, hop dix gouttes sur un coton et le coton dans la boite de Pétri !

Là, l'insecte n'apprécie guère l'odeur et se débat vigoureusement mais au bout de 3 minutes, il ne bouge plus, je crains qu'il soit mort.

J'enlève donc le couvercle de la boite de Pétri, le coton et je tente des photos en macro sous la loupe bino mais cela ne donne pas grand chose finalement (merci des conseils de Christophe et de Guy).

Doriane fait une photo avec le mode macro une fois l'insecte mis dehors au grand air suite à ses premiers mouvements 30 minutes après le passage en atmosphère viciée comme on dit dans mon métier ;)

20 minutes après, le voici qui remarche et décolle de nouveau, ouf, le test est concluant mais j'ai interet à baisser le nombre de gouttes pour des animaux plus petits.....

Cetonia aurata (Linné) , la Cétoine dorée. Elytres généralement verts, pouvant être bronzés avec toujours des tâches blanches. Face ventrale violet cuivreux. Fréquente diverses fleurs, surtout dans les bois, s'attaque aussi aux fruits mûrs. Se plaît au Soleil.La larve se développe dans le terreau et les fourmilières.

Corps trapu, ponctué, brillant, vert métallique à cuivré;faibles sillons longitudinaux sur les élytres à l'arrière, taches blanches transversales très variables. En vol, les élytres restent fermées et les ailes membraneuses (ici visibles) se déploient grâce à des fentes latérales. Sur les buissons en fleur.
Régime : pollen et pétales d'aubépine, églantier, sureau.
Vole seulement au soleil.

Voici les réglages : photo avec ailes

Canon Digital Ixus 82 IS.
JPEG (8bits) Fine
Taille d'image initiale : 3264*248
Couleur
Focale : 6,2 mm
Mode : Macro
Mode de mesure : Multizones
Exposition : 1/125 seconde
Ouverture : F 2,8
Correction d'exposition : O IL
Balance des Blancs : Auto
ISO : 80
Netteté : Désactivé.
Réduction du bruit : désactivé.

Sous Photoshop CS 2, réglages des niveaux faits puis recadrage. Un léger renforcement à 2 pixels, 100 %

Photo de face :

Panasonic DMC FZ-18
JPEG (8bits) Fine
Taille d'image initiale : 3264*248
Couleur
Focale : 4,6 mm
Mode : Macro
Mode de mesure : Multizones
Exposition : 1/125 seconde
Ouverture : F 2,8
Correction d'exposition : O IL
Balance des Blancs : Auto
ISO : 400
Netteté : Désactivé.
Réduction du bruit : désactivé.

Sous CS 2, niveaux, recadrage et point blanc avec les niveaux.

Amicalement.

 

Repost 0