Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

Bonjour à tous,

Over-blog a fait des siennes donc je n'ai plus mon ancienne page de présentation.

On va donc en profiter pour la réactualiser et la refaire de façon plus concise.

Né en 1970, j'ai la chance d'assouvir ma passion à savoir l'astronomie. Sur ce blog seront présentés mes travaux et mes observations. Le fait de voir l'infiniment grand ne m'empêche pas d'observer le monde du petit lors de mes sorties naturalistes et avec l'aide de ma loupe binoculaire.

Quand  l'hiver maussade est là, le kit de robotique Lego Mindstorms NXT permet de patienter en construisant et en programmant.

J'ai de la chance d'être aidé dans tous ces domaines par mon épouse Marjorie que ce soit retouche d'images sous Photoshop, prises de photos naturalistes et débug des robots !! Ma fille et mon fils mettent aussi à leur niveau la main à la pâte :)

Je n'oublie pas aussi tous mes amis qui m'ont aidé, m'aident et m'aideront dans ces divers domaines. Je les en remercie tous.

Merci aussi aux fidèles abonnés de mes articles, la rubrique newsletter à gauche est là pour cela pour les nouveaux.

Le BLOG est organisé par catégories :

- Images et comptes rendus d'observation astronomiques : les archives et les images de mes observations astronomiques

- Dernières images : mes productions de l'année en astronomie.

- Sous la loupe binoculaire : mes images faites avec ma loupe et les comptes rendus de sortie naturalistes.

- Tutoriaux et informations : plus de 90 tutoriaux, informations sur l'astronomie, son imagerie. Utiliser à profit l'outil recherche de ce blog pour trouver votre bonheur.

- Etoiles doubles : tout sur les étoiles doubles et leurs mesures.

- Mindstorms NXT - Robotique : tout sur la robotique ludique dédié au LEGO Mindstorms NXT.

- Station météo ws3600 : mes relevés de station météo mensuels à Noisy le Grand et quelques astuces sur cette station (catégorie close suite à station météo HS)

- Divers : et bien divers mais une mise au point importante pour une prise de contact.

Amicalement.

Recherche

Archives

28 août 2005 7 28 /08 /août /2005 00:00

Bonjour,

On a toujours l'habitude de voir de superbes images réussies , superbes sur les sites , blogs et autres mais bon on reste humain , on en rate aussi pas mal et cela on les montre moins :)

Je continue mon apprentissage de la mosaique du Soleil en entier fait avec une webcam, et bien pas facile :)

Dimanche matin , on sort le matos H alpha et pas grand chose à se mettre
sous la dent en visuel , j'ai pris les petites protubérances mais la
turbulence forte ( les images à la Barlow X2 n'ont rien donné de bon) ne m'a
pas permis de zommer sur ces dernières et sur la zone active lié au petit
filament.

Je reprends ma mise en station trop foireuse , cela bouge trop en Déc
!!!!!!!!

On regarde le ciel quand elle est refaite. Turbulence forte, quelques
passages de nuages de haute altitude et les larges trainées d'avion , on
doit pouvoir le faire.

On commence donc par faire ce fameux flat. Je respecte les consignes de
Didier , même durée de film , mêmes réglages , mise au point faite et on se
balade doucement sur le globe en haut à droite , à gauche etc etc sans
mordre sur le limbe.
Après conversion avi dans Iris , on tape smedian 2 , on obtient notre flat
qu'on enregistre en FIT et on tape bg pour trouver le coefficient 459 pour
ma pomme.

Et en avant pour 20 minutes de capture pour le globe pour 14 films et deux
doublons de sécurité , je crains être juste sur la gauche .....

Je fais les protus en cas où c'est bingo pour le globe ( autres réglages
webcam) et je fais quelques essais X2 ...

Beh maintenant on traite :

Le 28/08/2005 à 07h50 à 08h10 TU
à Noisy le Grand ( 93 ).
== AVI ==
video
== Matériel ==
Télescope : Zeiss AS 100/1000 +Coronado de 90mm et Tune Max
Monture : Equatoriale Zeiss.
Oculaire : Sans
Barlow :
Renvoi coudé : Oui le BF 15.
Flip mirror : Non
Filtre :
Réducteur :
WebCam : ToUCam Pro capteur N&B 1/4.
== Capture ==
Vitesse d'obturation : 1/1500
Nombre d'images : 5 images par secondes
Temps de pose : 40 secondes
secondes
Nombre de poses :
Luminosité : 95 %
Constraste : 50%
Gamma : 0%
Gain : 0%
Saturation : 50%
Noir et Blanc : Oui
Balance des blancs : Restore Usine.
Noise reduction : 0 - Aucun
Sharpness : 0%
Mode RAW : Oui
== Météo ==
Turbulence : Forte
Nuage :
Vent :
Température :
Seeing :
Humidité :

Manips Iris 4.36
Conversion de l'avi en NB avec suppresion des redondances avec n comme
paramètres
divisiser une séquence , nom entrée , nom diviseur = nomimagefit ,
coefficient la valeur de mon bg , nom de sortie s , nombre d'images .
Bestof s, select s ss , pregister de 45 images , composit 5 40 1 45.
Savebmp.

Pareil pour les 4 ....

Et là un grand MERCI à Didier qui m'a fait l'assemblage sinon vous aurez eu
l'image à la fin du mois :)))

Ensuite :

Colorisation par la méthode habituelle par les niveaux
Masque flou ( enfin renforcements pour le menu ) 80 % 2 pixels puis 500 %
0.3 pixels. Contraste automatique
Réduction 80 %.
SAvebmp et conversion jpeg à 8 de qualité.


Réflexions et suite à donner :

Je mets en copie un message de Didier :

Donc, ça confirme ce que je pensai, même avec un 1/4 la focale est
insuffisante pour prétendre apporter un gain notoire par rapport au SM40. A
f/D tu serais à 2250mm on devrait donc atteindre les 30 films, ce qui est
largement faisable avec ma méthode et la qualité de tes films. Pour les
protus, je confirme encore qu'il faut augmenter le gamma, mais non pas en se
basant sur les protus mais sur le globe, c'est à dire qu'on augmente le
gamma jusqu'à ce que les zones les plus brillantes de la surface commence à
saturer. On arrête donc juste avant la saturation. Ensuite, le compositage
se charge tout seul du niveau de luminosité des protus.

Moi :
pour le sous échantillonage , à voir ..... Quand je vois déja le bazar que
c'est au foyer à 1167 mm  de focale pour 18 films environ , sans raquette de
commande ( ceux qui connaissent la Zeiss voient de quoi je veux parler pour
bouger l'instrument tout en regardant le PC , enfin en essayant) , sans aide
:)) Je n'ose imaginer avec une BArlow X2 où je frole les 2300 mm de focale
.....Didier , quand tu seras installé en France , tu connais le chemin de la
maison , le champagne t'attend si cela marche une mosa à la X2 !!!! On prend
le pari ???? :))))

En tout cas , pas photo par rapport au capteur 1/2 ni par rapport à l'APN
....

La technique de réglages pour les protubérances sera aussi à essayer.

PAR CONTRE , un point TRES positif ce fameux FLAT qui a tordu le coup aux
problèmes de lumino /contraste :))) Il n'y a que les imbéciles qui ne
changent pas d'avis :))))

Bon, on verra ce week end avec le beau temps si on peut refaire une séance
....
Amicalement à tous.

 
Repost 0
25 août 2005 4 25 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Après les bonus du Retour du Roi , je me dépèche de mettre le Nexstar 8 avant que mon premier étalon STF 2202 soit dans le mur de l'immeuble.

Il est 22h00 et tout le matériel est dehors , il faut compter environ 15 minutes pour tout sortir et commencer les hostilités.

Je teste les corrections apportées à mes lunettes qui n'étaient plus centrées , il y a du mieux , j'arrive à pointer facilement Altair sans souci mais Navi me résiste.

Marjorie la met en plein centre de l'oculaire. Toutefois la mise à niveau du télescope n'a pas été assez bonne , on recommence la mise en station puisque Goto STF 2202 n'a pas donné grand chose ..

Là c'est mieux enfin à 15 minutes d'arc près ....

Le temps de mettre STF 2202 sur le capteur et hop le mur ....rageant !!!!!!

Bon , tant pis la turbulence est faible ( niveau IV de Danjon ) , la transparence bonne , on ne va pas laisser tomber !

Donc on utilise la technique de Florent , je choisis STT 370 ( pas trop le choix pour ma part vu mon site et mes limitations balconesques ...) que je prendrais au début mais aussi en FIN de séance.

On refait les mêmes doubles pour controler les mesures de la semaine dernière.

STF 2379 ne me pose pas de souci , je ne peux en dire autant des deux premières négligées que j'ai tentées ...je pense à STF 2385 et WFC 213. Pour la première , un peu un coup de bol , rien à faire impossible de la voir à l'oculaire au 15 mm avec ma configuration étoiles doubles ( pour rappel flip mirror )et bien je suis tombé dessus par hasard dans la zone que je pensais , le théta semble OK , le rho aussi , reste à vérifier et à valider par une mesure.

WFC 213 m'a bien eu , je cherchais des étoiles super faibles en brillance ( à mon sens des mag 11 ) alors qu'elle me crevait les yeux à mag 9.5 !!!!! 30 minutes pour la trouver mais quelle satisfaction de la voir enfin sur le capteur ...

Quand je vois mes galères avec un échantillonage à 0.50 , je n'ose imaginer les collègues à 0.22 voire bien en dessous , j'ai encore beaucoup de travail à faire de ce coté mais cela vient :))

Si la météo me laisse le temps , je ferais une troisième séance de controle - je le sens bien dimanche soir le beau temps juste avant de reprendre le boulot :)

Sinon , beh les mesures , c'est bien mais le visuel et la recherche d'étoiles sans s'embeter avec une webcam , j'aime bien aussi. Je me ferais je pense un coup de liste S33 sur Andromède ou Pégase.

Pour ces listes , je vous ai déja donné ces liens :)

Amicalement à tous.

P.S : Mars se levait trop tard au dessus des immeubles et trop claqué , pas eu le courage de patienter ...La séance a commencé à 22h00 pour se terminer à 00h10 Heure Légale.

 
Repost 0
22 août 2005 1 22 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Tout d'abord un grand merci à Claude qui m'a traduit un article que Jacques-André m'a donné de l'Astronomy ( Janvier 2003) sur les doubles.

Cet article abordera en douceur des notions essentielles pour l'observation des doubles.

Je me tiens à votre disposition pour tout renseignement et les liens des collègues peuvent vous aider aussi.

Bonne lecture à tous et à bientôt.

Où que vous regardiez dans un ciel clair nocturne, la plupart des étoiles
que vous voyez ne sont pas des lumières cosmiques solitaires comme
elles semblent l'être. Les télescopes révèlent ce que l'oeil ne peut voir.
Plus de la moitié des étoiles de la Voie Lactée sont des paires très
serrées appelées binaires.

Quelques binaires sont des artéfacts. Ces " doubles optiques " sont des
coïncidences car elles sont éloignées de plusieurs années-lumière mais
comme elle sont sur la même ligne de vue, elles apparaissent proches
les unes des autres. Le vraies binaires ( appelées aussi étoiles doubles
physiques ) orbitent autour d'un même centre de masse et sont liées par
leur gravité.

Lorsqu'on observe ces paires stellaires, parfois la plus faible des deux,
la "secondaire " ( ou étoile B ) est beaucoup moins brillante que l'autre,
la " primaire " ( étoile A ) rendant ainsi son observation difficile. Si, par
ailleurs, les étoiles sont comparables en luminosité et sont assez
éloignées l'une de l'autre, un observateur peut voir les deux étoiles
distinctement. Ces systèmes qui peuvent être résolus en tant qu'étoiles
individuelles sont appelés binaires visuels.

Les binaires et autres étoiles multiples sont importantes en
astrophysique car tout ce que nous connaissons au sujet des masses
stellaires provient de l'observation et de la mesure des orbites de
binaires. Un grand nombre de binaires sont à la portée des étudiants et
des observateurs amateurs.

Quelques observateurs ont des difficultés à discerner la couleur des
étoiles individuelles. Cependant la couleur des binaires est fréquemment
évidente à cause du contraste entre les deux composantes. Beaucoup
d'observateurs novices sont surpris de voir ces couleurs car elles sont
invisibles à l'oeil nu à cause du manque de lumière reçue par l'oeil.
Pour les observateurs expérimentés, la couleur révèle les caractéristiques
de l'étoile.

A quoi ressemblerait le ciel vu d'une planète orbitant dans un tel système ?
Nous savons maintenant que des planètes


PAGE 2


existent et se forment dans
des systèmes binaires; la première de ces planètes a été découverte en
1999 par David Bennett et Sun Hong Rhie. Le plus intéressant pour des
observateurs occasionnels d'étoiles binaires est de contribuer à notre
compréhension de l'univers et de s'émerveiller de ce qui pourrait se
trouver là, encore invisible.
Les étoiles de la liste ci-jointe sont d'excellentes cibles pour un télescope.
Le " Norton Star Atlas " et d'autres publications listent plus d'étoiles
binaires mais beaucoup sont trop faibles ou trop proches l'une de l'autre
pour être résolues clairement. Seuls, les meilleurs systèmes binaires
sont répertoriés ici ; cela voulant dire clairement résolus bien que n'étant
pas trop largement séparés. Ces systèmes peuvent être très colorés,
avoir un compagnon très faible ou visuellement intéressants.

Toutes les coordonnées sont données en époque 2000 pour la position
des étoiles primaires. Ainsi les coordonnées Va et Vb sont les
magnitudes visuelles des étoiles A et B respectivement. Le type spectral
de l'étoile est indiqué après sa magnitude. Brièvement, le type spectral
de l'étoile est sa couleur qui dépend de sa température. Les étoiles les
plus chaudes du type O et B sont bleues; les étoiles A sont blanches
les étoiles F sont blanc/jaune; les étoiles G ( comme le Soleil ) sont
jaunes; les étoiles K sont orange et les étoile M ( les plus froides ) sont
rouges.

L' oeil ne perçoit pas la couleur à cause de la faible illumination des
objets. Toutefois, une étoile brillante vue à l'aide d'un gros télescope
délivre suffisamment de lumière pour percevoir la couleur bien que
la perception de la couleur dépende grandement du contraste.
Beaucoup d' étoiles binaires apparaissent vertes à cause du contraste
généré par une étoile bleue avec un compagnon rouge. Parfois, ces
effets sont imprévisibles et peuvent varier d'un observateur à l'autre.

Après la magnitude et le type spectral, la liste indique l'angle de
séparation des étoiles en époque 2000. Les angles indiqués P.A. sont
donnés en degrés. Le P.A. est l'angle mesuré à partir du Nord de
l'étoile A vers l'étoile B de 0 à 360° dans la direction de l'Est ( sens
inverse des aiguille d'une montre : note du traducteur ). En d'autres
termes, si l'étoile B est exactement au Nord de l'étoile A, le P.A. est
de 0°. Si l'étoile B est exactement à l'Est de l'étoile A, le P.A. = 90°.

La séparation des étoiles est exprimée en arcsecondes. Les doubles
visuelles sont utiles pour contrôler le seeing ou l'effet de la turbulence
atmosphérique. Avec 1.0 arcseconde de seeing ou mieux qui est la
caractéristique d'une superbe condition d'observation, on peut
résoudre des écarts de 1.0 arcseconde entre 2 étoiles. Avec un seeing
de 3.0" à 4.0" qui est typique d'un observatoire d'amateur, on peut
résoudre des étoiles distantes de 3.0" à 4.0" ( ça me semble normal :
note du traducteur ).


PAGE 3

Les séparations sont aussi données en unités astronomiques ou AU
Ces distances ont été calculées par l'auteur en utilisant la distance des
étoiles par rapport à la Terre. Ce sont des distances minimum car ce
sont des distances vues par projection - souvent, nous ne connaissons
pas la géométrie d'un système en 3 dimensions - mais c'est intéressant
pour l'imagination. Pour mémoire, la distance moyenne entre le Soleil et
Pluton est d'environ 40 AU, la distance moyenne Soleil-Terre est de 1 AU
et la distance moyenne Soleil-Jupiter est de 5.2 AU. ( 63 270 AU = 1
année-lumière ).

P est la période orbitale, en années, du système. Avec le temps, certaines
étoiles se déplacent notablement l'une par rapport à l'autre et les
observateurs amateurs sont d'un grand secours en effectuant les mesures,
les enregistrements et l'écriture des rapports sur ces changements.
Les observateurs à l'oculaire utilisent un instrument spécial appelé
micromètre à fil pour mesurer la position relative des étoiles. Les
possesseurs de CCD peuvent utiliser le shareware de Herbert Raab
pour PC appelé ASTROMETRICA. Un excellent moyen de faire un rapport
de vos observations sont LE DOUBLE STAR OBSERVER, un journal dédié
aux observateurs amateurs et professionnels, et le WEBB SOCIETY
DOUBLE STAR SECTION ( voir le chapitre " Resources " ).

" Fixed " veut dire qu'aucun mouvement orbital n'a été vu. De tels systèmes,
s'il sont liés, ont souvent des périodes de plusieurs siècles. Les paires avec
le signe " c.p.m. " ( common proper motion ) voulant dire déplacement
commun propre ne montrent aucun déplacement orbital évident mais elles
se déplacent ensemble à travers la Galaxie, et sont ainsi probablement liées.


PAGE 4

Les distances sont données en années-lumière et non en parsecs. Les
astronomes amateurs ainsi que le public préfèrent souvent ce genre de
mesures car ils peuvent mieux apprécier que la lumière issue d'une
étoile située à 400 années-lumière est vieille de 400 années. Si vos
interlocuteurs ne savent pas cela, dites le leur, ils en seront souvent
fascinés. Toutes les distances données dans la liste sont des parallaxes
trigonométriques, la plupart mesurées à partir du satellite Hipparcos de
l'Agence Européenne de l'Espace.

La sélection de cette liste est subjectif. La liste favorise les systèmes
colorés, les systèmes multiples, ceux ayant des paires aisément résolvable
mais pas trop éloignées et des paires composées d'une étoile très
brillante et d'un compagnon plus faible.

La plupart sont des binaires mais après une analyse attentive on voit
que beaucoup possèdent d'autres étoiles membres du groupe. Il y a aussi
quelques doubles optiques dans la liste. Les étoiles doubles visuelles
( sans l'aide d'un instrument : note du traducteur ) sont sans doute
sous-représentées certainement parce qu'elles sont rarement observées
à l'aide d'un télescope. En plus de Mizar et Alcor d'autres paires existent
comme Alpha Capricorne, Epsilon de la Lyre ( pour les observateurs ayant
une excellente vue ) et mu du Scorpion ( non listée ici ).

Lorsque vous aurez terminé l'observation des étoiles de cette liste, je
suggère d'essayer la liste de la Ligue Astronomique " Les 100 plus
belles doubles et multiples du Ciel ". ( cf mon autre post là dessus ).

Les étoiles doubles peuvent créer des surprises et aussi de grands
plaisirs quand on les voit au travers d'un oculaire. Même des paires
qui sont simplement blanches souvent génèrent des " Houahhh !!! "
d'émerveillement. Beaucoup d'étoiles n'ont pas été incluses dans cette
liste mais celles qui sont indiquées vous inoculerons le " virus des
binaires ".

 

 

Repost 0
Published by Jean-Louis Badin - dans Etoiles doubles
commenter cet article
19 août 2005 5 19 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Comme promis donc la méthode de Bigourdan. Merci à Pierre-Alain pour ce document Word qui a été ma base de travail.

Il existe deux méthodes pour mettre en station précisement , King et Bigourdan. Comme je ne vois pas l'étoile polaire , je me suis rabattu sur Bigourdan donc.

J'utilise non un oculaire réticulé mais la Mire d'astrosnap pro ( www.astrosnap.com )avec une webcam.

Cela demande du temps , de la patience.

Toutefois après, les mesures de doubles sont correctes sans problème de rotation de champ et pour le planétaire, beh cela reste bien sur le capteur :)

La méthode est développée ici :

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/01/38/61/etoiles-doubles/bigourdan.doc

Si vous avez un souci ou une question pour cette mise en oeuvre , vous pouvez me contacter à mon adresse mail bien sur.

Amicalement à tous.

 
Repost 0
Published by Jean-Louis Badin - dans Tutoriaux et Informations
commenter cet article
17 août 2005 3 17 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

J'ai signalé les derniers compte rendus les soucis que je rencontrais au niveau de la mise en oeuvre de la mise en station de mon Nexstar 8 ...les soucis de pointage avec le Star Pointer...

Avant d'acheter un nouveau matériel à 60 euros, j'ai décidé quand même de faire une contre expertise par les soins de mon épouse Marjorie qui , je le rappelle , observe aussi :)

J'utilise le Star Pointer , j'essaye de mettre Altair dans le champ , raté , pas dedans ....

Je demande à MArjorie de faire la même chose et là pile dedans avec un oculaire de 25 mm.

Finalement ce n'est pas le Star Pointer qui a des soucis mais mes yeux et leur convergence ( le myope a tendance à diverger et vu ma très bonne myopie , pas gagné )...

J'essaye avec seul l'oeil droit ouvert , bingo c'est dedans mais pour NAvi , l'étoile est trop brillante ( plus ma vue ...) , je ne la vois pas.

Je décide donc à 22h15 de ne pas perdre mon temps après cet essai. Marjorie me fait la mise en station du Nexstar 8 , A 22h30 , je teste le GOto , pile dedans avec un oculaire de 25 mm , que du bonheur et pas de galère.....

On met la configuration étoiles doubles ( flip mirror , orientation de la webcam Toucam Pro I NB mode RAW capteur 1/4 )  et en avant !!!!

La turbulence est moyenne avec de bons passages plus faibles  ( Echelle de Danjon III voire IV ). La transparence est moins bonne avec la Lune bien présente..( douzième jour )

Le pointage , le repérage vu la précision du Goto est un régal donc je me concentre sur des doubles un peu plus difficiles au niveau magnitudes et séparation.

En visuel , pour le 25 mm , je peux monter à mag 10 environ ( pour rappel mag 11 sans problème avec le 250 de Lionel et à Montfermeil ) et en séparation de 3 environ au 15 mm.

Donc comme étalon et sans erreur STF 2202 , puis les étoiles suivantes ont fait l'objet de films pour les mesures ...STF 2379 Couple AB et BC avec pour ce dernier des réglages bien différents que le couple AB.

Ensuite STF 2385 , ma première négligée ( = étoile double peu observée du fait de la magnitude et /ou de la séparation ) puis ce fut STF 2404 , WFC 213 , STF 2411 bien facile et pour finir en étalon de fin STT 370 .

Une bonne séance avec grosso modo 5 étoiles par heure. J'ai commencé à 23h00 HL pour les mesures. A 00h18 fin de la séance avec donc quelques films à traiter en mesures.

Un petit souci , j'ai pris des étoiles qui sont passées après le méridien ( grosso modo une bonne demi heure ) et là si la météo n'est pas avec moi , je ne pourrais refaire une séance de controle.

Le mur de l'immeuble n'est pas très loin du sud !!!!! Je devrais travailler une demi heure AVANT le méridien .

Prions pour que le beau temps revienne rapidement... et que mon problème de yeux soit réglé rapidement avant que mon épouse reprenne le travail et son lever à 4h30 ....

Amicalement à tous.

 

 
Repost 0
15 août 2005 1 15 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Christophe et Johann sont donc passés ce matin. Johann pouvant arriver plus
tôt , nous avons donc commencer à travailler sur la webcam Vesta Pro à
capteur NB 1/2 , drivers modifiés ( merci qui :)))) et en mode RAW bien sur.
Mes derniers essais n'ont rien donné , je décide donc que Johann fasse les
réglages de la cam , je lui montre les miens ensuite , on décide de garder
les miens ( ils seront indiqués plus loin) puis partie pour six prises en
avi pour couvrir le globe. Et là je n'oublie pas de régler le Tune Max pour
le globe ! Comme le travail est le globe , pas d'images de protu de prises !

Christophe arrive ensuite mais les nuages aussi :((( On teste quand meme la
tête binoculaire Perl avec des oculaires de 19 mm Antares. La mise au point
est impossible au foyer , on utilise donc une lentille de Barlow.
Belle visions malgré le peu de sujet sur le Soleil mais je trouve que
l'image est trop grosse pour cet accessoire !! Le Soleil en globalité pour
la tête bino me manque.......
Bon, acheter donc une tête binoculaire qui à Noisy le Grand servira qu'au
Soleil n'est donc pas à l'ordre du jour :))))

Nous avons basculé ensuite sur la config conseillé par Sébastien ( le mail
de Baader m'a convaincu :)) à savoir Astrosolar 3.8 + continuum + ir cut en
VISUEL donc sur mon Nexstar 8.

AHH c'est mieux , beaucoup plus de lumière et beaucoup mieux en contraste.
La turbulence trop forte et les nuages n'ont pas permis de voir la
granulation ni de se faire une bonne idée.
Une observation en tests visuels ( Astrosolar 5 / 3.8 ) est prévue avec
Marjorie quand il fera beau avec un groupe plus imposant. Merci à Sébastien
pour cette piste que j'avais oubliée.

ATTENTION !!! cette manip n'est faisable que si le filtre Ir cut vire aussi les UV !!!!!!!!!!

Pour le capteur NB 1/2 , il s'agit d'une mosaique de 6 images que Johann a
travaillé sous Photoshop , merci à lui.

Et bien chou blanc pour ce capteur , les images de globe que j'obtiens à
l'APN 4500 sont plus fines que celles obtenues avec cette cam !!!!!!!!!!!!!!
Johann , Christophe , Marjorie pensent tous les trois la même chose !

J'essaye donc de trouver des renseignements et surtout une brute de h alpha
faite avec une Toucam Pro NB 1/2 mode RAW. La dynamique , la sensibilité
sont différentes entre les deux ....Affaire à suivre donc et voir si un
achat de cette Toucam Pro sera un PLUS par rapport à mon APN.

Allez les manips :
Le 15/08/2005 à  TU
à Noisy le Grand ( 93)
== AVI ==
video1149à1153 / video 1155
== Matériel ==
Télescope : Zeiss AS 100/1000 +Coronado de 90mm et Tune Max
Monture : Equatoriale Zeiss.
Oculaire : Sans
Barlow : Sans
Renvoi coudé : Oui le BF 15.
Flip mirror : Non
Filtre :
Réducteur :
WebCam : Vesta Pro capteur N&B 1/2.
== Capture ==
Vitesse d'obturation : 1/500 !!!!!
Nombre d'images : 5 images par secondes pendant 40 secondes.
Temps de pose :
Nombre de poses :
Luminosité : 0 % . là pas le choix , si je monte , je perds en contraste et
c'est voilé , blanc bref pas bon donc lumino à 0.
Constraste : 50%
Gamma : 0%
Gain : 0%
Saturation : 50%
Noir et Blanc : Oui
Balance des blancs : Restore Usine.
Noise reduction : 0 - Aucun
Sharpness : 0%
Mode RAW : Oui
== Météo ==
Turbulence : Moyenne
Nuage :Aucun
Vent :
Température :
Seeing :
Humidité :


Traitements Iris 4.36:
Bestof n, select n ns, pregister ns reg 256 de 50 images
composit reg 5 40 1 50
.visu IDENTIQUE pour les deux imges .savebmp.
mult 0.9

Assemblage des images beh façon polo
www.astrosurf.com\polo partie
traitements d'images. Mais la gomme à bords floues 90 pixels.
Le plus dur : équilibrage des calques , menu luminosité et on bosse
calmement....

Puis fond du ciel noir , baguette magique sur fond du ciel 10 pixels ,
dilater 1 pixel , contours progressifs 2 pixels , outil pot de peinture ,
noir  puis déselectionner et hop un fond du ciel noir !!!

Renforcement 190 % 1.2 pixels puis colorisation classique par les niveaux.

Réduction à 75 %.


 
Repost 0
12 août 2005 5 12 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,
Enfin une superbe soirée et un vendredi soir en plus.
Donc je sors le matériel à 22h30 heure légale et à 22h45 , j'ouvre les hostilités !!

Et on commence par le plus galère la mise en station avec le Star POinter où je retrouve mes soucis de mercredi !!!
Le pointage ne tient pas du fait des vis qui sont faussées et mal tenues , pas grand chose à faire à part le jeter et le remplacer par un Telrad qui est très bien mais très encombrant.
Johann m'a parlé qui Quickfinder , à voir ....je gagnerais en efficacité :)

Bon , après 45 minutes de galère , on a vite arrété et passer donc à Bigourdan.
Je ne détaille pas la manip qui fera l'objet d'un post très prochainement. Mais cela accentuera la qualité de mes mesures de doubles sans oublier la qualité du Goto du fait d'une mise en station correcte.

J'ai utilisé la webcam Vesta Pro NB capteur NB 1/2 et le logiciel Astrosnap et sa mire ( je n'ai pas utilisé le menu incrémenté toutefois).
On y va calmement et tranquillement en travaillant sur des étoiles brillantes et hop à 1 heure du matin , Bigourdan c'est fini !!!
Plus qu'à controler à la prochaine séance !
Bon , on a réglé et c'était à une dizaine de tours de vis , ce qui est énorme !!!!! et ce que ce soit en latitude ou en azimut !

On retente une mise en station pour le Goto en choisissant Capella et Algenib ( Pégase ) et comme les étoiles sont bien brillantes dans une zone où pas beaucoup d'étoiles , bingo !!!
Et dans cette zone , le Goto marche du tonnerre :)) M 31 est en plein centre avec un oculaire de 25 mm.
J'ai pu tester ainsi mon filtre LPR qui avait un défaut de rayure pour Cathy et Fred en imagerie, beh rassuré car nickel en visuel.
Ouf rassuré donc !

Très belle vision de M 31 ( c'est la Galaxie d'Andromède , l'objet le plus lointain visible à l'oeil nu - enfin en campagne - 2 millions d'année lumière !) qui me remplissait tout l'oculaire , le bulbe central est bien brillant et les extensions sont visibles.

NGC 869/884 , beau spectacle au 40 mm même si cela manque un peu de compagnie. le Double Amas de Persée de son autre nom est toujours une belle vision.

On passe ensuite à Mars qui se lève mais la turbulence moyenne à cette soirée malgré une très bonne transparence me permet de ne pas voir grand chose.
La calotte est visible et une bande présente sur tout le globe est visible dans les teintes bleues  de direction NE à SO. 12 secondes d'arc de diamètre , pas très gros...
Jamais vu autant de chromatisme....entre les liséres bleu d'un coté et rouge de l'autre ! Mars a été observé au Barlow X2 + flip mirror et oculaire de 25 mm ...soit environ 200x

Je teste ensuite le masque de Hartmann fait fort gentiment par Guy. Toutefois, sur les étoiles, c'est beaucoup trop faible.
Sur Mars , cela donne de bons résultats pour l'aide à la mise au point mais malheureusement au foyer. Dès que j'amplifie, je dois automatiquement retouché la mise au point....Dommage pour une manip qui semblait sympa , on continuera à bosser avec les yeux et la pince de bricolage au niveau de la molette de mise au point , ce qui permet de démultiplier son mouvement !!!!

Il est déja 2h35 du matin , il est temps de finir donc rangement et nettoyage du matériel!

Une très bonne soirée " technique " qui m'a permis de tester beaucoup de choses !
 
Cordialement à tous.

Repost 0
10 août 2005 3 10 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

J'ai donc fait une bonne soirée d'observation la veille mais voila dans la journée , on a réduit et patatras , sur six étoiles doubles filmées à la webcam , trois ne sont pas bonnes.

Autrement dit , les étoiles que je pensais ne correspondaient à celles filmées sur le capteur !

Seul STF 2562 , STF 370 et SHJ 286 sont bonnes mais bon les deux premières sont des étalons donc une seule mesure.

Vu la galère de la mise en station de mon Nexstar 8 , je décidais donc cette soirée d'observer encore pour bien me familiariser avec mon matériel longtemps abandonné.

La fatigue se fait sentir et je commence donc à 22h00 Heure légale et en avant , positionnement des pieds , de la table équatoriale , mise à zéro du tube et on choisit Altair dans la constellation de l'Aigle.

Bon étoile brillante , pas trop galère pour mettre dans le champ du 25 mm... je regarde au niveau du Star Pointer. Pas bon , il pointe à coté , les vis sont foireuses , il ne tient pas.

On passe ensuite à Navi pour la deuxième étoile repère dans la constellation de Cassiopée et là grosse fatigue.

Au minimum , la lumière du Star Pointer est trop brillante par rapport à l'étoile vu dans le Star Pointer , je ne sais trop où je vise ....je pense que c'est bon et bien à l'oculaire complétement paumé !!!!!!!

Je valide une brillante , j'essaye un Goto sur M 31 , raté !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bon , on recommence deux trois fois , quatre fois de suite , toujours raté car le Goto n'est pas bon !!!

Le Star Pointer commence à voler car en controlant sur un lampadaire , il est Ok mais pas dans le ciel !!!!!! 

Il est minuit , je n'ai pas observé grand chose à part deux étoiles et je vais me renseigner sur un Telrad !!!

20 ans d'astro et galérer autant !!! Et bien que les débutants se rassurent , cela arrive à tous les nuitées ratées.

Mais il faut s'accrocher et persevérer en faisant un break jeudi soir ( il faisait beau ) pour une excellente séance vendredi.

Je pense aussi à mettre mes ouvrages pour moi indispensables pour l'observation du ciel.

A bientôt.

Repost 0
9 août 2005 2 09 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Enfin une belle soirée sans que les nuages arrivent en début de nuit comme ce fut le cas lundi.

Bon c'est aussi rageant car au vu du temps pourri de ce week end , voir un ciel si bleu le matin au réveil avant d'aller bosser ....alors qu'une nouvelle caméra attend que je la teste sur le Soleil !!!

On va donc se venger sur les Soleils lointains et puis la caméra , elle doit marcher aussi sur les étoiles doubles.

On dépoussièrise le Nexstar 8 qui a pris un peu la poussière malgré les précautions. On refait les marques au sol au marqueur soit disant indélibible pour la mise en station et on y va !!!!

Début des hostilités 22 h 00 heure légale ( l'heure de votre montre ; toutefois les astronomes parlent en temps universel soit en été - 2 heures donc 20h00 TU ) , je mets le niveau à zéro pour le Nexstar ( indispensable pour faire fonctionner le Goto , ce qui permet d'aller d'objet en objet sans recherche...)

On choisit Altair de la constellation de l'Aigle puis NAvi dans Cassiopée et hop initialisée.

On fait un test avec M 27 ( objet de Messier N° 27 ) que je vois à peine... bon pas bon pas dans le champ de mon oculaire ...

On reteste encore et encore . Pas cela le Goto...On cherche et hop , je me suis trompé d'étoile dans Cassiopée !!!

Bon on recommence ......35 minutes après 22h00 , c'est tout bon , ENFIN !!!

On va commencer la séance des doubles par une étoile de référence dite étalon , je choisis 61 Ophicius ou STF ( nom du catalogue = Struve un célèbre découvreur d'étoiles doubles ) 2202.

Bon les brillances des deux composantes blanchatres et leur séparation aident pour le répérage car pas trop dedans .....

On met la caméra et là pas top ...beaucoup de striures , trainées , parasites . Hop une petite réinstall du mode RAW ( cf mes anciens posts ) et hop nickel !!!

Le grand champ est très précieux pour la mettre sur le capteur et elle a la patate la webcam Vesta Pro à Capteur 1/2 Noir et Blanc prétée par Thierry !

Je suis à 1/100 , gain à 50 % , gamma à 40 % , lumino à 45 % et j'ai mes deux étoiles doubles !!!!!

Hop un petit film pour faire les futures mesures.

Et là je commence à m'inquiéter , j'ai vraiment trop de jeu dans le moteur du Nexstar : poids de la caméra , cache voile noir pour cacher les éblouissements de l'éclairage public trop lourd ....Je recherche ...

Bref , cela fait de sacrés à coups et cela bouge vite , trop vite !

Continuons notre exploration.

Je sélectionne ensuite trois étoiles SHJ 286 , STF 2449, STTA 177AC et pour les autres étoiles de référence STF 2562 et STF 370.

Je regarde l'heure , il ne doit pas être tard .

Ouh là , déja minuit 20 !!!! Le temps de ranger ( compter un bon quart d'heure ) , c'est le temps de se coucher car demain boulot !

Les conditions de turbulence ont été moyennes mais le ciel était bien transparent pour Noisy le Grand ,  content d'avoir revu les étoiles et les doubles et surtout de s'entrainer de nouveau car comme tout , on perd vite la main !!!!!

Les mesures de doubles , hate de les faire avec la version 3.48 de Florent nouvelle monture avec ces nouvelles fonctionnalités.

Toutefois , je ne posterais point ici les résultats car c'est vraiment spécifique.

Bon , on va voir ce que nous réserve le ciel de demain mais il annonce encore beau mais là un peu de visuel sur les étoiles doubles bien sur !!!!!!!!

 
Repost 0
6 août 2005 6 06 /08 /août /2005 00:00

Bonjour à tous,

Je vais faire un post unique pour l'observation des satellites artificiels et dont le plus spectaculaire car il y a des hommes dedans est la Station Spatiale Internationale ( ISS).

J'avais sauvegardé dans ma jeunesse un article de David Peak datant de 2002.

Je n'ai pas réussi à retrouver la source sur le web.

Je vous fais partager ces informations ( propager les informations ) sur ces fameux TLE et des liens pour les observer donc le très classique heavens- above.

Toute personne peut me contacter pour de plus amples renseignements sur ces objets d'observation et s'y lancer avec plaisir , l'oeil nu suffit !!!!!!!!

L'inscription sur le site d'Heaven est gratuite.

Bonne lecture :)

L'INTERPRÉTATION DES ÉLÉMENTS ORBITAUX
À DEUX LIGNES (TLE)

    TLE veut dire Two-Line Elements en anglais ou éléments à deux lignes en
français. Le mot éléments réfère à éléments orbitaux qui veut dire l'ensemble
des données de base servant à définir l'orbite exacte d'un satellite et la
position du satellite sur son orbite au moment précis appelé époque. L'époque
des données orbitales, ou l'heure exacte à laquelle les données présentées sont
valides, est inscrite à la ligne un des TLE. Elle sert à déterminer l'âge des
éléments, donc de savoir si les prévisions qui seront générées avec seront
précises. Tout au long des explications, nous nous servirons de l'exemple suivant :

STS-105
1 26888U 01035A   01226.72972024  .00002453  00000-0  32713-4 0   226
2 26888  51.6338 153.4848 0009369   6.0282 354.0821 15.57386755   621

    La première ligne, ou ligne 0, est l'appellation commune de l'objet. Ce nom
peut varier d'une source à l'autre. Afin d'être certain qu'il s'agisse du même
objet lorsqu'on a deux appellations différentes, il faut plutôt vérifier le premier
groupe de caractère à la ligne 1, par exemple ici 26888. C'est le numéro
d'identification donné par le U.S. Space Command et ce numéro est unique.
De nombreux objets peuvent porter le même nom commun, par exemple SL-06 R/B, mais
ils auront tous un numéro USSC différent.

    L'époque est représentée par la valeur 01226.72972024. C'est le jour dans
l'année et la fraction décimale de jour. 01 est 2001, 226 est le 226e jour de
l'année (14 août), .72972024 veut dire 17h30min48sec en UT (temps universel de
Greenwich). Cet instant précis représente normalement le moment où le satellite
traverse l'équateur terrestre en se dirigeant vers le nord. On appelle ce point le
noeud ascendant de l'orbite. C'est de cette façon qu'on situe le satellite sur son
orbite à l'aide d'un TLE.

    La ligne un, qui est en fait la 2e ligne de trois, renseigne sur
l'identification du satellite, l'époque et les effets de la trainée
atmosphérique sur son orbite. La ligne deux, la 3e, donne les valeurs des
paramètres de l'orbite valables à l'instant précis de l'époque. Pour connaitre
la signification des groupes de chiffres, consultez la section suivante de cette page.

    Pour savoir si un objet a subit un changement notable d'altitude, ce qui
entrainerait une bonne différence dans les prévisions de visibilité, il faut consulter
la valeur du mouvement moyen (MM), ici 15.57386755. Ce chiffre donne le nombre de
tours de Terre que le satellite effectue en une journée. S'il augmente,
l'altitude diminue, donc sa vitesse orbitale augmente. Si des prévisions étaient
faites avec des TLE datant d'avant l'augmentation du MM, celles-ci devraient
être devancées puisque l'objet va plus vite et sera observé plus tôt que les prévisions.

    Ces quelques explications concernant la nature des infos contenues dans un TLE,
vise à démontrer leur importance comme donnée de base pour tous les logiciels
utilisés pour faire des prévisions. Peu importe le programme ou le site internet
consulté, les prévisions de visibilité sont toujours faites à partir de ces TLE.
Et pour avoir des prévisions fiables, il faut nécessairement avoir des TLE
frais. Par contre, cette nécessité est valable pour les objets en orbite très
basse (moins de 350 km) ou pour ceux qui manoeuvrent souvent, comme la navette
et les autres vaisseaux habités.

    Les TLE fournis sur les listes de discussion sont donc destinés à ceux et celles
qui utilisent eux-mêmes un logiciel de poursuite (tracking) pour faire leurs propres
prévisions. Si vous n'en avez pas et désirez en obtenir, consultez la page
d'Obsat ( wwww.obsat.com )qui en dresse une liste succinte. Cette page n'est cependant pas toujours  très à jour et elle n'est pas nécessairement complète.

Le reste du site est très complet et à visiter toutefois.

        Pour les personnes qui ne veulent pas se donner le trouble d'apprendre à
utiliser un logiciel, en plus d'avoir à télécharger les TLE récents, il existe
des ressources sur Internet permettant d'obtenir des prévisions sur mesure. Le
site le plus reconnu est Heavens-Above ( http://www.heavens-above.com/)en Allemagne. Il est anglophone mais c'est
facile de s'y retrouver.

    Sur ce site, il y a la possibilité d'avoir des prévisions pour tous les
satellites ainsi que pour les flares des satellites Iridium. Si toutefois
l'utilisation de l'anglais pose problème, Obsat s'est associé avec Heavens-Above
pour les prévisions concernant la Station spatiale. Pour l'instant, seules les
prévisions pour le Québec sont disponibles à l'adresse sur cette page.



 


DESCRIPTION DÉTAILLÉE DES ÉLÉMENTS ORBITAUX

                               À DEUX LIGNES (TLE)

      Les données de l'orbite d'un satellite peuvent se résumer en un groupement de trois lignes dont deux contiennent des valeurs numériques définissant les paramètres de son orbite, d'où le terme anglais Two-Line Element (TLE) couramment employé.

      Voici donc le format employé et la signification de chaque composante :

AAAAAAAAAAAAAAA  b.b  c.c  d.d  e.e f  RRR       KM x km
1 gggggU hhiiijjj kklll.llllllll ±.mmmmmmmm ±nnnnn-n  ooooo-o p qqqqr
2 ggggg sss.ssss ttt.tttt uuuuuuu vvv.vvvv www.wwww xx.xxxxxxxxyyyyyz

La ponctuation et l'emplacement des caractères sont très importants.
± indique que ce paramètre peut être positif ou négatif (le signe + peut être omis).

Ligne 0 :
AAAAAAAAAAA  : Nom du satellite
b.b          : Longueur en mètres (Note 1)
c.c          : Largeur en mètres
d.d          : Hauteur en mètres (Note 2)
e.e          : Magnitude standard (vu à 1000 km et illuminé à 50%) (Note 3)
f            : Méthode ayant déterminé la magnitude standard : d = calcul selon dimensions
                                                               v = vient d'observation visuelle
RRR          : Signature radar en mètres carrés
KM           : Altitude à l'apogée
km           : Altitude au périgée

Ligne 1 :
ggggg        : Numéro de catalogue U.S. Space Command (ou NORAD)
U            : Classification. Ici U veut dire "Unclassified" = non secret
hh           : Désignation internationale - 2 derniers chiffres de l'année de lancement
iii          : Désignation internationale - numéro du lancement dans l'année
jjj          : Désignation internationale - 1 à 3 lettres désignant une pièce du lancement
kk           : 2 derniers chiffres de l'année où ces éléments ont été déterminés
lll.llllllll : Jour et fraction de jour de l'année où ces éléments ont été déterminés
±.mmmmmmmm   : Moitié de la dérivée première du mouvement moyen (rév./jour au carré)
               Représente l'accélération ou la décélération du satellite.
±nnnnn-n     : Sixième de la dérivée seconde du mouvement moyen (rév./jour au cube)
                              (pas de point décimal)
ooooo-o      : "BStar drag term". Coefficient ballistique utilisé par le propagateur SGP4
               (pas de point décimal)
p            : Type d'éphéméride
qqqq         : Numéro du set d'éléments
r            : Checksum (Modulo 10)

Ligne 2 :
ggggg        : Numéro de catalogue U.S. Space Command (ou NORAD)
sss.ssss     : Inclinaison de l'orbite par rapport à l'équateur terrestre (en degrés)
ttt.tttt     : Ascension droite du noeud ascendant de l'orbite (en degrés)
uuuuuuu      : Excentricité (pas de point décimal)
vvv.vvvv     : Argument du périgée (en degrés)
www.wwww     : Anomalie moyenne (en degrés)
xx.xxxxxxxx  : Mouvement moyen (révolutions/jour)
yyyyy        : Numéro de révolution au moment où ces éléments ont été déterminés
z            : Checksum (Modulo 10)

Note importante : À la ligne 0, les composantes b, c, d, e, f ainsi que KM x km
                  sont facultatives et ne font pas partie de la définition
                  standard d'un TLE.

NOTES :

1- Si la largeur et la hauteur sont nulles, l'objet est alors sphérique avec un
   diamètre égal à b.b . Les objets dont les dimensions sont inconnues sont
   présumés sphériques avec un diamètre qui est estimé.

2- Si la hauteur est zéro, alors l'objet est cylindrique avec un diamètre c.c .

3- Pour estimer la magnitude à d'autres distances et illuminations, utiliser :

         mag = (magstd - 15.75) + 2.5 log10 (dist * dist / fracill)

   où : magstd = magnitude standard selon e.e du TLE
          dist = distance entre le satellite et l'observateur (en km)
       fracill = fraction du satellite illuminé par le Soleil (entre 0 et 1)



 

EXPLICATIONS COMPLÉMENTAIRES


Les valeurs des coefficients ±nnnnn-n et ooooo-o ne sont
pas toujours calculées. Pour ±nnnnn-n, il s'agit de la variation
de l'accélération ou de la décéleration dans le temps. Normalement la trainée
±.mmmmmmmm est toujours positive car un objet tend toujours à tomber
vers la Terre. Cependant s'il manoeuvre, alors on peut avoir une valeur
négative.

Pour conclure , voici la traduction (que j'espère correcte)
d'un extrait abrégé du manuel de l'utilisateur du programme VEC2TLE de Kenneth
J. Ernandes.

"Les données présentées dans les éléments képlériens (comme les TLE) constituent
des valeurs "moyennes" fictives pour les différents éléments orbitaux. Ceci fut
fait pour faciliter et accélérer le processus de calculs de positions et
vitesses des satellites. Donc, l'introduction d'éléments orbitaux dits
instantanés pour propagation (calculs) dans les modèles SGP et SGP4 résulterait
en des prévisions erronnées. (SGP veut dire Simplified General Perturbation
propagator, c'est un algorythme utilisé pour calculer la position instantanée
d'un satellite dans le passé ou le futur à partir de données orbitales sous
forme de TLE)

Les perturbations qui font dévier un satellite de son orbite képlérienne idéale
sont causées en grande partie par la distribution non sphérique de la masse de
la Terre et la trainée atmosphérique. Les propagateurs SGP et SGP4 appliquent
ces effets perturbateurs par une technique dite de variation de paramètres, ou
les paramètres changés sont les éléments orbitaux. Si ces effets étaient ignorés
et que l'orbite était propagée en utilisant seulement les lois de Kepler,
l'erreur sur les prévisions serait évidente au bout de 2 à 3 heures.

SGP utilise un modele géopotentiel de 3e ordre pour décrire la distribution de
la masse terrestre. Il inclut le bourrelet équatorial (2e ordre) et la masse
plus grande du côté de l'hémisphere sud (3e ordre) qui donne la forme de poire à
la Terre. SGP4 utilise un modèle géopotentiel de 4e ordre qui inclut une
déviation additionnelle au niveau de la masse terrestre qui est plus petite que
celle du 2e et 3e ordre.

Les déviations géopotentielles par rapport à une répartition sphérique idéale de
la masse résultent en des changements prévisibles au niveau de l'orbite d'un
satellite. Les effets les plus marqués de ces perturbations sont sur le plan
orbital et l'orientation de la ligne apogée-périgée (ligne des apsides). Les
effets primaires sur l'orbite sont dits "séculaires" de nature car ils résultent
en des déplacements constants de la ligne des noeuds et de la ligne des apsides
en fonction du temps. La valeur de ce décalage dépend du demi grand-axe de
l'orbite, de l'excentricité et de l'inclinaison de l'orbite. Les effets
secondaires sont de nature périodiques et consistent en des effets à court et à
long terme. Les effets périodiques à long terme se superposent aux effets
séculaires. Les effets périodiques à court terme se superposent, quant à eux,
aux effets périodiques à long terme.

SGP et SGP4 utilisent des méthodes statiques pour modéliser les effets de la
trainée atmosphérique sur les orbites des satellites. SGP suppose une variation
quadratique du mouvement moyen en fonction du temps. Les coefficients
quadratiques sont le sixième de la dérivée seconde du mouvement moyen en
fonction du temps (nddot/6) sur le temps au carré et la demie de la dérivée du
mouvement moyen en fonction du temps (ndot/2) sur le temps. SGP4 modélise la
densité de la haute atmosphère terrestre en utilisant la 4e puissance de
l'altitude orbitale. SGP4 applique les effets de la trainée sur l'orbite en
utilisant un coefficient pseudo-ballistique (Bstar), normalisé pour l'altitude
orbitale et le profil de densité atmospherique du moment. Autant pour SGP que
pour SGP4, les coefficients de trainée (ndot/2, nddot/6 ou Bstar) sont ajustés
de manière empirique (en se basant sur le comportement à long terme) dans le
processus de détermination d'orbite.


Auteur : Daniel Deak, 24 mars 1999

Révision : 10 mars 2002

 
Repost 0